Répondre à () :


Captcha
Petrau | 01/11/2021 11:58

Le fait que la Rand Corporation soit financée par l'état américain n'enlève rien à la pertinence de ses conclusions quant aux capacités des armées françaises face à un conflit de haute intensité : en gros, une bonne technicité mais des moyens, en particulier aériens, beaucoup trop faibles ne permettant de "tenir" seulement quelques jours. Ces conclusions sont peu contestables. L'exemple des Rafale est édifiant : une fois décompté les 14 appareils qui sont cannibalises (dixit madame Parly) au profit de ceux qui restent en service, les 12 appareils vendus à la Grèce, les 12 autres en cours de vente à la Croatie et les appareils immobilisés pour maintenance, il ne reste guère plus de 20 à 30 appareils opérationnels. Et ceci pour ne parler que des avions de combat. Le diagnostic est sensiblement le même pour les avions de transport, la défense anti-aerienne, les drones, ... Alors que faire, sachant que notre pays croule sous les dettes et que les budgets ne sont pas illimités. Peut être, en premier lieu mettre à jour le livre blanc sur la défense en prenant en compte les données les plus récentes : le conflit d'Azerbaidjan, le fiasco américain en Afghanistan ( la défaite cinglante infligée par des combatants en haillons armés de Kalachnikov), la fragilité du cyberspace, la fragilité des moyens spatiaux militaires, ... Et quelles conséquences en tirer : d'abord l'abandon du projet de donner un successeur au Charles de Gaulle, une machine hypervulnerale aus armes hypersoniques qui seront bien au point d'ici peu d'années. Réfléchir à la suite à donner au Rafale : la furtivite qui justifie en grande partie la réalisation du Scaf est un leurre, les russes, les chinois, ... disposent des moyens de détection de ce type d'appareils. Pourquoi ne pas se diriger vers un Rafale F6 plus motorisé disposant des dernières technologies en matière de combats collaboratif et accompagné d'UCAV pour "entrer en premier. Pour ce qui est des drones, un appareil de 2ème génération réalisé par Dassault via une collaboration type Neuron se substituerait pertinament à un Eurodrone qui sera dépassé lors de sa mise en service, si toutefois il voit le jour. Enfin, au vu de la fragilité du cyberspace, des investissements conséquents sur des systèmes robustes de suppléance apparaissent indispensables. Il y aurait encore beaucoup à dire..

Petrau | 01/11/2021 18:32

J'ai oublié, au titre des économies pertinentes, l'abandon du projet de char de combat MGCS, déjà enlisé par ailleurs dans les affres d'une coopération franco-allemande parsemée de non-dits. Dommage sans doute pour les nostalgiques, mais on ne refera pas la bataille de Koursk.

Retrouvez notre dernier numéro !
Image Voir la boutique

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription