1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Défense

0
Couverture
© Sirpa Air
29/04/2015 17:44 | Par Frédéric LERT

Armée de l’Air : l’exercice Volfa prend de l’ampleur

L’exercice Volfa (pour « VOL Forces Aériennes) rassemble cette année une quinzaine d’aéronefs sur la base aérienne 118 de Mont-de-Marsan. Il s'agit de la deuxième édition de cet exercice en 2015. D’autres intervenants, comme le drone Harfang, les ravitailleurs ou l’E-3F, évoluent directement depuis leur propre base. Mais pour cette édition 2015, l’idée dominante est bien de « rassembler les principaux acteurs sur une même base afin de les faire communiquer plus facilement » souligne le directeur de l’exercice. « En dégageant les équipages des contraintes habituelles qui les occupent normalement sur leurs bases, on leur permet également de se consacrer à 100% à l’exercice ».
Avec les annulations de Mapple Flag au Canada ou la difficulté de financement pour des participations à Red Flag, Volfa est appelé à prendre une place grandissante au sein de l’armée de l’Air. Non pas qu’il ait vocation à remplacer les grands exercices nord-américains : les Comao lancées de Mont-de-Marsan, une douzaine d’avions au maximum, ne se comparent pas à celles de Nellis AFB. Aucun tir réel n’est prévu au cours de Volfa et les invitations lancées aux nations étrangères ne se sont pas concrétisées.

Mais avec comme objectif la préparation opérationnelle des forces aériennes, Volfa offre tout de même des scénarios complexes d’Air Interdiction ou de Dynamic Targeting qui se déroulent en zone TSA43 (Massif Central). Le volume d’évolution mesure  60 x 100 nautiques, depuis le sol jusqu’aux plus hauts niveaux de vol dans la majeure partie de la zone. Participent à l’exercice quatre Rafale, quatre Mirage 2000-5, deux Mirage 2000N et autant de Mirage 2000D, un E-3F, un ravitailleur et différents avions de transport (Casa 235, Transall, Hercules) simulant des parachutages. L’opposition des « red air » est fournie par des Alpha Jet et des Mirage 2000RDI, épaulés par une solide défense anti-aérienne (simulateur TRTG et section de Mamba avec deux unités de tir et deux unités radar). L’ensemble des acteurs évoluent sous la houlette d’un « airboss », ce qui est une autre nouveauté de l’édition 2015 de l’exercice. L’officier dispose d’une recopie des échanges L16 et radio et il a la capacité d’influer sur le déroulement des missions pour pousser les joueurs dans leurs derniers retranchements.

Armée de l'Air E-3F Mirage 2000 Exercice

Répondre à () :

| Connexion | Inscription