2
Aviation Civile
Alitalia s'enfonce toujours plus dans l'ornière © Airbus

| HEGUY Jean-Baptiste

Alitalia s'enfonce toujours plus dans l'ornière

Lundi 2 décembre, le gouvernement italien a accordé un nouveau délai à Alitalia pour trouver un repreneur, jusqu'au 31 mai prochain, avec un nouveau prêt-relais de 400 millions d'euros.

C'est toujours l'impasse la plus complète pour le futur d'Alitalia. Lundi 2 décembre dernier, le gouvernement italien a accordé un nouveau délai, jusqu'au 31 mai prochain, pour trouver une solution permettant de sauver la compagnie italienne en difficultés. Parallèlement, l'exécutif italien a octroyé à Alitalia un nouveau prêt-relais de 400 millions d'euros pour qu'elle puisse continuer son activité, après un premier prêt de 900 millions d'euros accordé en 2017. La Commission Européenne a d'ailleurs ouvert une enquête pour vérifier si ce premier prêt-relais était conforme ou non aux règles de l'Union Européenne en matière d'aide d'Etat destinées aux entreprises en difficulté. Le nouveau prêt de 400 millions d'euros devrait donc lui aussi être scruté très attentivement. 

Parallèlement à ces difficultés financières, le consortium qui était en discussion avec le gouvernement italien depuis des mois a volé en éclats. Une de ses composantes désignées, le groupe autoroutier et aéroportuaire Atlantia, contrôlé par le groupe Benetton, a en effet indiqué que les conditions n'étaient pas réunies pour qu'il rejoigne les chemins de fers italiens (FS ou Ferrovie dello Stato), la compagnie américaine Delta et le ministère italien des Finances. Néanmoins, Delta reste pour l'instant dans la course et s'est dit prête le 12 novembre à investir jusqu'à 100 millions d'euros dans la compagnie italienne en grandes difficultés. 

Très inquiets devant cette nouvelle déconvenue, les salariés d'Alitalia ont appelé à la grève en date du 13 décembre. Le ministre italien du Développement économique, Stefano Patuanelli, a déclaré "qu'une solution serait trouvée" pour Alitalia. Il évoque même la possibilité d'une nationalisation. Pendant ce temps-là, la compagnie continue à perdre de l'argent chaque jour. 

Alitalia

Répondre à () :


Captcha
Gerardc27 | 07/12/2019 10:30

Depuis le temps qu’elle est en cessation de paiement il faut que l’orgueil national (de la compagnie du pape )soit blessé pour la maintenir à flots.

Guido | 07/12/2019 11:28

Si a l époque le sieur Berlusconi avait accepté l offre d air France a alitalia mais sa majesté ne voulait pas ...voilà maintenant ou en est alitalia et sa fierté....

| Connexion | Inscription