1
Industrie
Airbus : "L'A400M reste un sujet de préoccupation"
Airbus : "L'A400M reste un sujet de préoccupation"
© Emmanuel Huberdeau

| yann cochennec

Airbus : "L'A400M reste un sujet de préoccupation"

L'Airbus A400M est venu une nouvelle fois obscurcir les bons résultats d'Airbus en 2016. "Nous avons honoré les engagements pris l'année dernière en termes de performances et d'objectifs, à l'exception de l'A400M, qui a représenté une charge total de 2,2 Md€ en 2016. Réduire les risques et renforcer l'exécution de ce programme est absolument prioritaire", souligne Tom Enders, président d'Airbus. Le groupe a déjà passé des charges pour un total de 841 M€ sur le programme A400M sur les années 2014 et 2015. Avec celle passée en 2016, la somme totale dépasse légèrement les 3 Md€.

Du coup, "au vu des pertes cumulées du programme A400M, le conseil d'administration a mandaté la direction à réengager des discussions avec les clients pour plafonner l'exposition restante". Certes, les livraisons ont augmenté avec 17 exemplaires livrés l'année dernière contre 11 en 2015. Deux autres A400M ont été livrés au début 2017. De même, les capacités de l'avion ont été "améliorées de sorte que les appareils désormais livrés bénéficient de certaines capacités tactiques".

Enfin, "la situation critique relative au boîtier de transmission du moteur a été prise en compte au second semestre 2016 avec la certification d'une solution intermédiaire permettant d'allonger le délai entre deux inspections". Mais, "de nouveaux défis sont apparus pour réaliser le renforcement des capacités militaires, et la directin a réévalué le coût industriel du programme en incluant désormais une estimation du risque commercial". Car, "des défis demeurent quant au développement des capacités contractuelles, à la sécurisation de commandes suffisantes à l'export dans les temps, à la réduction des coûts ainsi qu'au risque commercial, qui pourrait s'avérer significatif".

Répondre à () :


Captcha
Roland.Fons | 23/02/2017 15:15

On a le don en France de nommer les gens les plus incompétents , dans tous les domaines , aux plus hauts postes de décisions , afin de faire toujours les plus mauvais choix. Le domaine aéronautique tant civil que militaire n'échappe pas a la règle. On a l'exemple de la nomination d'une certaine personne sortie tout droit de l'ENA pour finir de couler la division cargo d'Air France ( qui n'a pratiquement plus d'appareils tout cargo)et qui se retrouve pour la énième année consécutive en négatif alors que le fret mondial est en expansion. On a eu dans un passé industriel récent , les Dassault Mercure et le Concorde, sans parler de Caravelle, réussite technique mais pas commerciale et les Airbus A 34O, en particulier les séries 500 et 600 et pour finir l'A 380. Dans le domaine militaire on est Européens quand ça nous arrange mais on a préféré développer le Rafale , sur nos propres deniers. Mais je crois que le summum est atteint avec l'A 400 M. Depuis le début du programme , je ne suis pas le seul a dire qu'il ne fallait pas se lancer dans cette aventure .Même si l'achat de C 17 a l'unité coûtait plus cher, cet avion n'a pas d'équivalent a tous point de vue dans le monde il valait mieux mettre notre petit orgueil de coté et que cela nous coûterait davantage et nous aurait évité entre autres choses d'affréter des Antonov . On a eu les yeux plus gros que le ventre et le culot de faire toute une série de ruptures et de sauts technologiques d'un coup sans vraiment en calculer les risques. C'est une véritable honte pour des gens qui se disent intelligents tant au niveau politique que des entreprises ,mais dont on se demande par qui ou par quoi ils sont dirigés en réalité et a quelles règles ils obéissent.

| | Connexion | Inscription