0
Aviation Civile
Air India reçoit enfin son premier Boeing 787
Air India reçoit enfin son premier Boeing 787
© Boeing

| Léo Barnier

Air India reçoit enfin son premier Boeing 787

L'espoir de voir enfin le Dreamliner débarquer chez Air India était réapparu il y a quelques semaines. C'est désormais chose faite.

 

Boeing vient d'annoncer la livraison du premier exemplaire de 787 à la compagnie d'Etat indienne. Cette livraison clôt un feuilleton de plusieurs années, qui a failli bien voir les avions ne jamais arriver dans la flotte d'Air India.

 

Elle met aussi fin à une période de vives tensions entre la compagnie et le constructeur.

 

Quatre années de retard

A l'origine de ce conflit, les quatre années de retard accumulées par Boeing sur son programme. Ainsi le premier 787 d'Air India aurait dû être livré en 2008.

 

En difficulté financière, le transporteur avait alors réclamé 710 millions de dollars de dommages et intérêts dès juillet 2009. C'est sur le montant de ces pénalités que se situait le point d'achoppement entre les deux protagonistes.

 

Si la première livraison a eu lieu, c'est donc qu'un accord a été trouvé. A ce jour, aucun montant n'a été communiqué.

 

En mars dernier, une entente autour de 500 millions de dollars – pour un contrat évalué à près de 5,6 milliards de dollars selon les prix catalogue – a été évoquée, mais Boeing avait démenti l'information.

 

Une flotte de 27 Dreamliner

Après ce premier avion, Air India devrait toucher assez rapidement les deux exemplaires suivants. Ceux-ci sont en effet en attente de livraison chez Boeing depuis plusieurs semaines, la compagnie indienne refusant de les prendre en compte avant la signature de l'accord. Elle doit recevoir en tout 27 Dreamliner d'ici mars 2016.

 

Un conflit peu en cacher un autre. Air India a en effet émis des doutes sur les performances réelles du 787, et leur inadéquation par rapport à celles garanties par le constructeur.

 

Lorsque le gouvernement indien a donné son accord à la livraison des appareils au début du mois d'août (sous condition qu'un accord sur les pénalités de retard soit signé), il avait précisé qu'une évaluation aurait lieu sur les avions en service. Et que d'éventuelles compensations pourraient être alors réclamées.

 

 

Répondre à () :


Captcha

Produits du marketplace

| | Connexion | Inscription