0
Aviation Civile
Air France entre Iran et Etats-Unis
Air France entre Iran et Etats-Unis
© Air France

| Léo Barnier

Air France entre Iran et Etats-Unis

Un air rétro plane sur les nouvelles destinations d'Air France. La compagnie nationale a annoncé, le 8 décembre, la réouverture de deux lignes long-courriers fermées depuis plusieurs années. La première reliera Paris-Orly à New York-JFK (Etats-Unis), tandis que la seconde connectera Paris-CDG à Téhéran (Iran). Elles ouvriront respectivement en juin et avril 2016.

La liaison Orly-JFK fleure bon les années 1970, au temps où les Boeing 707 et les premiers 747 régnaient sur les lignes transatlantiques. Du moins jusqu'à ce que CDG prenne la relève à partir de 1974. La liaison entre Orly et Newark s'est elle poursuivie jusque dans les années 1990.

Pour la reprise de la ligne, Air France mettra en œuvre un vol quotidien – en plus des cinq déjà en place au départ de CDG. Il sera opéré par un Boeing 777-200 de 309 sièges, configurés en trois classes  : 35 fauteils en Business, 24 sièges en Premium Economy et 250 en Economy. Ce vol permettra des connections plus aisées sur le réseau domestique d'Air France, comme La Navette.

Air France précise que ce vol sera intégré à la coentreprise transatlantique avec Delta Air Lines et KLM, qui permet aux partenaires de coordonner leurs offres et de partager les coûts et les recettes.

Si la liaison vers Téhéran peut générer également un aspect nostalgique, elle a été arrêté beaucoup plus récemment. En 2008 plus exactement. Elle reprendra avec trois vols hebdomadaires (mercredi, vendredi et dimanche). Air France n'a pas précisé avec quel appareil elle comptait opérer la ligne.

Permise par le réchauffement récent des relations diplomatiques entre les puissances occidentales et la République islamique, la réouverture de cette liaison offre de belles perspectives de croissance pour Air France. Longtemps sous embargo et sous le coup de sanctions économiques (qui devraient être levées sous peu), le pays de 80 millions d'habitants suscite de nombreuses convoitises commerciales. C'est notamment le cas d'Aéroports de Paris (ADP) qui regarde de près les aéroports iraniens.

Répondre à () :


Captcha

| | Connexion | Inscription