Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Avions commerciaux Actualité Compagnies aériennes Actualité transport aérien

Vol Air France AF66 : Le Musée de l'Air à la rescousse ?

MSN4 Airbus A380. © Airbus

Pour permettre un retour de l'A380 d'Air France AF66 en Europe, un autre moteur GP7200 emprunté à l'A380 exposé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget (MSN4) devrait être envoyé à Goose Bay.

Suite à l'accident rarissime survenu le 30 septembre sur un des moteurs GP7200 de l'Airbus A380 d'Air France assurant le vol AF66 entre Paris et Los Angeles, qui a vu toute la partie avant du GP7200 se détacher en vol, une procédure toute aussi exceptionnelle devrait être mise en oeuvre pour pouvoir rapatrier l'A380 d'Air France endommagé, actuellement stationné sur l'aéroport de Goose Bay (Canada) depuis la décision de l'équipage d'Air France d'y dérouter l'appareil.

Selon les milieux proches de l'enquête, le moteur GP7200 endommagé doit finalement être déposé à Goose Bay, pour être ensuite envoyé à Cardiff (Pays de Galles) dans les hangars du centre de maintenance du motoriste américain General Electric. Le GP7200 a été conçu et développé par l'Engine Alliance qui réunit General Electric et Pratt & Whitney. L'opération de dépose sera assurée par des équipes d'Air France et d'Airbus. Une fois le GP7200 endommagé arrivé à Cardiff, les équipes du BEA s'y rendront à leur tour afin de poursuivre leurs analyses.

Et pour permettre un retour de l'A380 d'Air France en Europe, un autre moteur GP7200 emprunté à l'A380 exposé au Musée de l'Air et de l'Espace du Bourget (MSN4) devrait être envoyé à Goose Bay et monté à la place du moteur défectueux, sans être néanmoins connecté."L'A380 est de tout façon certifié pour fonctionner avec trois moteurs. Mais, cette procédure exceptionnelle permettra de préserver l'intégrité globale de l'avion et sa masse en vol", précisent les milieux proches de l'enquête. Cet emprunt au Musée de l'Air et de l'Espace est un des scénarios en cours.

"Les conditions de convoyage de l'avion vers un autre site en Europe sont en cours d'étude, afin qu'il puisse y être réparé et remis en service commercial par Air France", commente sobrement de son côté le BEA (Bureau enquêtes et analyses). Et de poursuivre : "à noter que devant la complexité logistique de ces différentes opérations, le calendriel prévisionnel s'étalera sur plusieurs semaines. La recherche et la récupération d'éléments détachés du moteur endommagé se poursuivent parallèlement au Groenland".

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.