Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Histoire Actualité Vols habités

Une légende s'est éteinte

John Young, le calme incarné, fumant la pipe lors d'une formation de terrain à la géologie, dans le cadre de la préparation de la mission Apollo 16. © NASA

L'astronaute américain John Young, qui fut longtemps l'un des astronautes de la Nasa les plus capés, est décédé le 5 janvier des suites d'une pneumonie, à l’âge de 87 ans. Forever Young.

Alan Shepard, le premier Américain dans l'espace (lors d'un vol suborbital), déclarait à son sujet : « Young fut le meilleur ingénieur et le meilleur pilote d'essai de tous les astronautes des débuts de l'ère spatiale. Sans aucun doute, il fut l'astronaute le plus important de l'ère de la navette spatiale. Il fut le meilleur chef du bureau des astronautes à Houston. Personne ne rivalisait. »

Né le 24 septembre 1930 à San Francisco (Californie), John W. Young avait sans conteste l'étoffe des héros. Pilote d'essai de la Marine américaine sur Crusader et Phantom, il fut retenu par la Nasa en septembre 1962 pour intégrer son deuxième groupe d'astronautes (« The New Nine »), aux côtés notamment de Neil Armstrong.

Il effectua son premier vol moins de trois ans plus tard, aux côtés de Virgil Grissom, profitant de la mise à l'écart pour raison médicale d'Alan Shepard, commandant de la mission Gemini 3 (première mission habitée de la capsule biplace Gemini). S'il se fit remarquer pour avoir embarqué clandestinement... un sandwich au corned-beef, il fut néanmoins désigné pour commander la mission Gemini 10, qui se déroula 15 mois plus tard. Epaulé par Michael Collins, il effectua deux rendez-vous avec un étage-cible Agena, et s'y amarra.

Dans le cadre du programme Apollo, John Young fut lancé à deux reprises vers la Lune. D'abord en tant que pilote du module de commande de la mission Apollo 10, il participa à la répétition générale du débarquement lunaire, lors de la mission Apollo 10, en mai 1969. Puis, après avoir été commandant de réserve de la mission Apollo 13, il profita à nouveau de changements d'affectation et fut désigné commandant de l'avant-dernière mission sur la Lune, Apollo 16, qui se déroula en avril 1972 dans la région du cratère Descartes. Avec Charlie Duke, il réalisa trois excursions en scaphandre, d'une durée totale de 20 heures et 41 minutes, utilisant notamment la jeep lunaire (LRV), qu'il poussa dans ses retranchements lors d'un mémorable « Grand Prix » : 18 km/h.

En avril 1981, âgé de 50 ans, John Young fut le premier pilote de la navette Columbia, accompagné par Bob Crippen. Puis, en novembre 1983, il dirigea la mission STS-9 du même orbiteur, à l'occasion du premier séjour dans l'espace du module-laboratoire européen Spacelab. Chef du bureau des astronautes de la Nasa de 1974 à 1987, il fut ensuite assistant du directeur puis directeur associé du centre Johnson de la Nasa à Houston (Texas), s'occupant des questions techniques, opérationnelles et de sécurité. Il ne prit sa retraite qu'en décembre 2004, à l'âge de 74 ans, mais continua durant plusieurs années à assister aux réunions des astronautes du lundi matin.

En 2012, avec le concours de l'historien James Hansen (biographe de Neil Armstrong), l'astronaute publia ses mémoires, intitulées Forever Young – A life of adventure in air and space.

 

Un véritable héros.

Le capitaine John Young comptabilisait 15 000 heures de vols sur divers avions, et 34 jours, 19 heures et 42 minutes de séjour dans l'espace, dont 71 heures sur la Lune. En 1992, à l'occasion de ses 30 ans de service, il reçut la médaille Distinguished Service Medal de la Nasa. Daniel Goldin, son administrateur à l'époque, déclara : « Aujourd'hui, nous sommes ici pour honorer l'un des plus grands héros de la Nasa et un authentique héros américain s'il y en avait un. Il avait l'étoffe des héros avant même que nous ayons un nom pour cela. »

« La Nasa et le monde ont perdu un pionnier », a déclaré Robert Lightfoot, administrateur de la Nasa, à l'annonce de la disparition de John Young. Pour sa part, l'astronaute français Jean-François Clervoy a écrit sur son compte Twitter : « Quelle tristesse! John Young détient le record absolu des premières dans l’espace. Il est mon vrai héros. Il fut mon instructeur (de la navette), mon pilote (de T-38, même passé ses 70 ans), toujours au top et dévoué à la sécurité des équipages. Bon voyage John vers les étoiles ! »

En décembre 1998, avec le concours de l'association Apollo 25, la Cité de l'espace de Toulouse avait reçu John Young, à l'occasion de l'arrivée dans ses collections d'une véritable pierre de Lune. L'astronaute avait donné une conférence grand public aux côtés du conservateur d'échantillons lunaire à la Nasa Carlton Allen, et du journaliste scientifique français Jean-Pierre Chapel.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.