Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Systèmes

Un rapport sur l'avenir du C2 aéroporté

Le Royaume-Uni cherche à moderniser ses capacités C2. © Crown

Un rapport britannique étudie les options pour le renouvellement de la composante de conduite et de commandement aéroportée de la RAF. Le document explore ainsi de façon plus large l'évolution du C2 dans les opérations aériennes.

Le "Royal United Services Institute for Defence and Security Studies" (RUSI) vient de publier un rapport intitulé "Le futur de la détection et du C2 aéroporté" (The Future of Air C2 an AEW). Ce document s'intéresse en premier lieu à la modernisation des capacités C2 du Royaume-Uni. La Royal Air Force (RAF) opère six E-3D Sentry (AWACS) qui contrairement aux appareils français et américains n'ont pas encore été modernisés significativement. Plusieurs options d'offrent au Royaume-Uni pour renouveller sa capacité C2. 

Selon le RUSI, le rôle des avions de conduite et de commandement actuels est menacé par les évolutions technologiques. La prolifération des systèmes de défense aérienne longue portée pourrait forcer les AWACS à s'éloigner des zones d'engagement, réduisant donc leur efficacité. Tout comme l'émergence de chasseurs de cinquième génération non occidentaux qui bénéficient d'un préavis de détection moindre grâce à leur furtivité et qui pourraient donc venir menacer les AWACS.

Par ailleurs les capacités de fusion de données et de maitrise de la situation tactique des chasseurs actuellement employés pourrait réduire l'utilité d'un appareil dédié au C2. La fonction de contrôle et de commandement reste elle essentielle au vu de la complexité croissante des opération aériennes.

Le RUSI estime qu'une modernisation des E-3D ne serait pas forcement la meilleure solution en terme de coût et de performances pour la RAF. Le rapport explore donc d'autres pistes tel que l'emploi d'une nouvelle plateforme plus légère tel que le Boeing 737. Le développement d'un réseau de capteurs et d'effecteurs liés à un centre de conduite et de commandement déporté et basé à terre est aussi envisagé. 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.