Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Compagnies aériennes Actualité transport aérien

Un nouveau rapport de IATA fait des recommandations pour le transport aérien français

Paris/Charles de Gaulle airport. © ADP

L'Association du transport aérien international (IATA) déclare qu'une stratégie gouvernementale d'amélioration de la compétitivité du secteur aérien français pourrait générer 500 000 emplois supplémentaires et augmenter de près de 60 milliards d'euros le PIB du pays d'ici 2037.

"L'aviation est l'industrie de la liberté, et elle procure déjà à la France des bienfaits considérables. Mais la position compétitive de la France au sein de l'Europe est faible en ce qui concerne les coûts d'infrastructures, l'efficience de la gestion du trafic aérien, la qualité de la réglementation et les coûts des charges sociales", regrette Rafael Schvartzman, vice-président régional de l'IATA pour l'Europe. 

Actuellement, l'aviation contribue pour environ 100 milliards d'euros au PIB et elle procure 1,1 million d'emplois en France. En optimisant la compétitivité du secteur aérien, on pourrait voir ces chiffres augmenter à près de 160 milliards d'euros et 1,6 million d'emplois d'ici 2037, selon l'IATA. 

Le rapport pour la France de l'IATA fait les trois recommandations suivantes : 

- Réformer la réglementation économique, par exemple en renforçant le régulateur économique indépendant, afin que les redevances soient proportionnées aux coûts et efficientes. 

- Instaurer une stratégie française de gestion du trafic aérien pour optimiser sa capacité et son efficience. 

- Adopter les principes de réglementation intelligente, par exemple en favorisant, la compensation plutôt que la taxation poru contrer les émissions de CO2 de l'aviation. 

L'adoption de ces recommandations pourrait faire en sorte que le nombre de passagers en France passe de 90 millions aujourd'hui à 142 millions, selon le scénario le plus optimiste. Toutefois, pour répondre avec succès à la demande de transport aérien, il faudra une stratégie environnementale solide pour assurer l'avenir durable de l'aviation. "Il est essentiel de résister aux appels réclamant des mesures unilatérales comme les taxes sur le climat imposées à l'aviation, qui ne procurent aucun bienfait à l'environnement et sont susceptibles de miner le consensus international en faveur d'une action combinée en matière d'émissions de carbone de l'aviation", ajoute Rafael Schvartzman. 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.