Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Forces aériennes Actualité Forces armées

Transport militaire  : une dépendance française dangereuse

La France présente une dépendance majeure aux Antonov-124. © Antonov

Le député François Cornut-Gentille a présenté, le 28 mars dernier, un rapport alarmant sur le transport militaire français. Il a dénoncé une dépendance trop importante à la Russie et à l'Ukraine.

Le rapport présenté devant la Commission des finances de l'Assemblée nationale part d'un constat simple  : l'armée française est beaucoup trop dépendante de la Russie et des Antonov An-124 pour le transport stratégique. «  Dans les faits ce sont les Russes et les Ukrainiens qui ont la maîtrise de la projection de nos forces sur les théâtres extérieurs  », a déclaré le rapporteur Cornut-Gentille.

Et cette situation n'est pas près de s'arrêter. L'arrivée de l'Airbus A400M, destiné au transport militaire et ayant une capacité d'emport moindre, ne mettra pas un terme à cette dépendance. Quand les Antonov An-124 peuvent emporter 100 à 120 tonnes de charge utile, l'Airbus A400M dispose d'une capacité 5 fois moins importante, avec 25 à 30 tonnes.
Autant dire que les gros matériels, type blindés ou hélicoptères, ne pourront pas être acheminer par l'A400M, estime le parlementaire.

Le problème reste donc entier. Les Antonov An-124, détenus par 3 compagnies, une ukrainienne et deux russes, deviennent donc un outil stratégique pour les Russes. D'autant plus que «  98% des pièces de rechange [de ces appareils] proviennent de Russie  ». Le député a également rappelé que Moscou n'avait pas hésité à les utiliser comme moyen de pression en 2015, lors de l'annulation du contrat Mistral. L'entreprise russe TTF Air 224, une des compagnies opérant les An-124, avait alors arrêté ses vols pour la France. «  La mise à disposition d'Antonov An-124 devient un enjeu diplomatique" – ajoute François Cornut-Gentille. Une nouvelle dégradation des relations avec ces deux Etats pourrait paralyser totalement les capacités de projection aérienne de la France  ».

La France serait actuellement capable de faire face à seulement un quart de ses besoins en transport militaire avec ses cinq Airbus (2 A340 et 3 A310) et ses 14 Boeing (11 C135 et 3 KC135). Pour répondre à cet enjeu majeur, la France aurait étudié la possibilité, en 2015, de s'équiper de C-5 Galaxy de Lockheed Martin. Si le dossier ne semble pas avoir avancé, il pourrait se compliquer avec l'arrivée de M Trump au pouvoir.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Raphael SALGUEIRO
    le 03/04/17 à 04h45

    Et pourquoi ne pas commander de nouveaux An-124 a l'Ukraine ! Antonov se ferait un plaisir d'en construire pour la France !

  2. Ysgawin HADDAD
    le 04/04/17 à 12h05

    Et les choses ne vont pas s'arranger avec l'arrivée de nouveaux matériels systématiquement plus lourds que les anciens, comme par exemple les Griffon qui pèsent le double es vieux VAB

  3. Christian RIOUALL
    le 04/04/17 à 01h23

    Et du côté d'Airbus, pas envie de faire des Beluga destinés à ce genre de transport?

  4. chaf mes
    le 04/04/17 à 04h01

    Cela est vrai , Dernierement l'armée française a fait appel à l'antonov AN70 , concurrent directe de l'airbus A400, pour transporter du matériel lourd de l'afrique vers la France. Une misssion que le AN70 a bien mener. Où donc est passé le A400 de l'armée française ?


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.