Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Systèmes

Système Thaad : première étape pour un contrat avec l'Arabie Saoudite

Pour contrer l'influence russe, les Etats-Unis ont donné leur accord pour la vente de systèmes THAAD à l'Arabie Saoudite. © Lockheed Martin

Le département d’État américain a donné son accord, le 6 octobre, pour une FMS portant sur des systèmes anti-missiles THAAD pour l'Arabie Saoudite. Cette vente est estimée à 15 milliards de dollars.

Ce contrat, s'il est approuvé par le Congrès américain, comportera 44 lanceurs THAAD, 360 missiles destinés à l'interception, 16 stations de communication et 7 radars AN/TPY-2. La maintenance et la formation du personnel font également partie de la FMS.

Selon l'agence américaine de coopération en matière de Défense et de Sécurité, l'arrivée des systèmes THAAD en Arabie Saoudite permettra de "soutenir la sécurité à long-terme de l'Arabie Saoudite et de la région du Golfe face à l'Iran et aux autres menaces de la région". Elle permettra également de fournir à Riyad un système de protection efficient contre "la menace grandissante des missiles balistiques dans la région".

Le THAAD (Terminal High Altitude Area Defense) est un système de défense sol-air, particulièrement efficace contre les missiles balistiques de courte et moyenne portée. Produit par Lockheed Martin, ce système s'articule autour de trois éléments principaux. Tout d'abord, un radar permet de détecter les menaces balistiques. Les stations de contrôle et de communication identifient alors le missile, qui est pris pour cible pour un intercepteur, lancé depuis un camion. Les Emirats Arabes Unis furent les premiers clients export de ce système en 2011.

Cette annonce intervient le lendemain d'un accord passé entre l'Arabie Saoudite et la Russie à propos de systèmes de défense aérienne S-400. En effet, le 5 octobre, Saudi Arabian Military Industries a annoncé la signature d'un MoU avec Rosoboronexport portant sur des systèmes S-400. Contrairement à la FMS américaine, cet accord comprend des offsets et inclut la production des technologies russes sur le sol du Royaume saoudien.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.