Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Sciences

Succès de l’atterrissage de la sonde InSight sur Mars

Premier cliché reçu de la sonde InSight © NASA / JPL-Caltech

Sortie indemne des « sept minutes de terreur », la sonde InSight s’est correctement posée le 26 novembre sur l’équateur martien. C’est le huitième succès américain sur la planète rouge depuis 1976.

« Voilà, tu l’as ton sismo ! », a lancé depuis la Cité des Sciences et de l’Industrie Francis Rocard, le responsable des programmes d'exploration du système solaire au Cnes, à l’intention de Philippe Lognonné, l’investigateur principal du sismomètre français Seis, après l’atterrissage de la sonde InSight sur Mars.

C’était la huitième réussite américaine sur Mars depuis 1976, et la première tentative depuis le rover Curiosity en août 2012.

Et, pour l’instrument français, c’est l’aboutissement de plusieurs décennies d’efforts : la première tentative d’envoyer un sismomètre français remonte à 1996, à bord de la mission russe Mars 1996 (perdue au décollage), tandis que le projet Gems (devenu Seis) a été retenu par la Nasa en 2012, dans le cadre de la mission Discovery 12 de la Nasa.

 

La mission n’a pas encore démarré.

Quelques minutes après l'atterrissage, la première image de Planitia Elysium parvenait au centre de contrôle du Jet Propulsion Laboratory, à Pasadena (Californie), dégagée comme espérée.

« C’est une bonne chose : on n’a pas de gros caillou devant nous, s’est aussitôt réjouit Philippe Lognonné, comme cela était arrivé pour Sojourner. On me dit qu’il y a un petit caillou dans un coin, mais il y a beaucoup de place pour déployer l’instrument. »

Ce déploiement doit intervenir sous deux semaines, le temps pour les équipes de techniciens et de scientifiques de vérifier le bon fonctionnement de tous les instruments de bord, et de se mettre d’accord sur leur emplacement idéal au sol.

Après l’angoisse des sept minutes de terreur, place à la joie et aux festivités, comme le dit l’un des membres de l’équipe français sur place au JPL : « Aujourd’hui c’est la fête, demain c’est le boulot ! »

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.