Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Soyouz a lancé le premier satellite tout électrique de SES

17e Soyouz s'élevant dans le ciel guyanais depuis octobre 2011. © S. Martin – ESA/CNES/Arianespace/Service Optique Vidéo CSG

Hier, à l’occasion de la seconde mission vers l’orbite de transfert géostationnaire d’un Soyouz mis en œuvre depuis la Guyane, Arianespace a placé sur orbite son 40e satellite pour l’opérateur SES.

Le lancement du satellite SES 15 a débuté le 18 mai à 8h54, heure du Centre spatial guyanais (13h54, heure de Paris), pour se terminer 5 heures et 18 minutes plus tard… L’orbite visée était de 2 200 x 31 300 km, inclinée de 6°.

SES 15 constituait plusieurs premières pour l’opérateur luxembourgeois SES : premier satellite tout électrique, premier satellite hybride et premier satellite embarqué sur le lanceur Soyouz.

 

Différents services pour les compagnies aériennes.

SES 15 couvrira l'Amérique du Nord, le Mexique et l'Amérique centrale, et sera utilisé par les principaux fournisseurs de services de connectivité et de divertissement à bord des avions : Global Eagle Entertainment, Gogo et Panasonic Avionics.

Le satellite pourra également desservir les réseaux VSAT, ainsi que d'autres applications de données à fort trafic dans le secteur des administrations publiques et le secteur maritime. En outre, le système WAAS (Wide Area Augmentation System) permettra à l’Administration fédérale de l'aviation américaine (FAA) d’augmenter les capacités du GPS, avec l’objectif d’améliorer la précision, l’intégrité et la disponibilité du système pour le secteur aéronautique.

 

Montée en puissance du tout électrique.

La mission VS17 marquait le cinquième lancement de l’année pour Arianespace (deux semaines après la mission VA 236 d’Ariane 5), et la deuxième mission vers l’orbite de transfert géostationnaire effectuée par un Soyouz mis en œuvre depuis la Guyane.

SES 15 est le quarantième satellite de SES lancé par Arianespace, mais également le premier tout électrique. Les satellites tout électriques représentent désormais 15% de son carnet de commande, dans lequel figure un second satellite SES : SES 12.

Par ailleurs, l’opérateur de lancement européen doit lancer quatre nouveaux éléments de la constellation O3b (rachetée par SES l’an dernier).

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.