Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité transport aérien Actualité Compagnies aériennes Actualité Afrique

Senegal Airlines : c'est la fin en attendant une nouvelle compagnie aérienne

Senegal Airlines ne comptait plus qu'un avion en flotte : un Embraer 145. © Senegal Airlines

Senegal Airlines n'existe plus. La compagnie aérienne vient d'être dissoute. L'annonce a été faite officiellement par le ministre sénégalais de l'Economie, des finances et du plan, Amadou Ba. De son côté, le ministère des Transports annonçait dans un communiqué que "malgré le soutien permanent de l'Etat du Sénégal, la compagnie aérienne Sénégal Airlines n'a jamais pu atteindre les objectifs de développement qui lui étaient assignés dans sa convention de concession".

Et le ministère sénégalais du Transport de poursuivre : "pour rappel, cette convention lui garantissait l'usage exclusif des droits de trafic aérien détenus par le Sénégal". La longue agonie du transporteur a donc pris fin. Créée en 2009, Sénégal Airlines n'a jamais réussi à décoller, accumulant les pertes et laissant une dette qui s'élève à 100 M€. Dotée d'une flotte de quatre appareils et couvrant un réseau de quinze destinations en 2011, la compagnie aérienne s'est progressivement réduite comme "une peau de chagrin".

Elle n'exploitait plus qu'un seul avion à la fin 2015, un Embraer 145; et son réseau ne comptait plus que trois destinations. Emirates Airlines avait même été appelée à la rescousse, un temps, mais l'affaire ne s'est jamais réellement conclue. Le gouvernement sénégalais cherche néanmoins à relancer un nouveau transporteur, "à mettre en place un nouveau pavillon national fort qui s'inscrira dans les objectifs prioritaires du projet de relance du hub aérien".

Reste maintenant à connaître les moyens et les modalités de cette relance qui passe par la création d'une nouvelle compagnie aérienne avec l'aide ou non de capitaux privés. Sénégal Airlines était détenue à 36 % par l'Etat sénégalais, les 64 % restants étaient entre les mains de capitaux privés.

 

 

 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.