Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

Sénat : un rapport préconise d'augmenter le budget de la Défense

Les parlementaires JP Raffarin et D Reiner ont présenté leur rapport sur l'objectif des 2%. © Sénat - Commission des affaires étrangères, de la Défense et des forces armées

Mardi 13 juin, les sénateurs JP Raffarin et D Reiner ont présenté leur rapport d'information sur le budget de Défense. Intitulé « 2% du PIB : les moyens de la Défense nationale », il présente des pistes et réflexions pour atteindre cet objectif.

Fruit d'un travail de long terme, ce rapport entend apporter à la ministre des armées et au gouvernement des éléments de réponse sur l'objectif des 2% et sur la façon de donner à la Défense des moyens à la hauteur de ses engagements.

La hausse du budget devra se faire progressivement, avec plusieurs paliers définis. « L'effort à consentir est de l'ordre de deux milliards d'euros supplémentaires par an. […] Le budget de la Défense se trouverait ainsi porté à 35,5 milliards d'euros constants en 2018, 37,5 milliards en 2019 et 39,5 milliards en 2020 ». Pour cela, le gel des dépenses doit être levé.

Cette hausse sera articulée autour de deux vagues. Tout d'abord, il ne faudra pas négliger les moyens conventionnels, « l'urgence est à combler les lacunes capacitaires ». Plusieurs défis doivent ainsi être relevés : hausse des ressources humaines, renforcement des équipements, efforts sur les infrastructures militaires. Concernant les matériels, « les besoins les plus pressants visent les moyens de surveillance et de reconnaissance, la flotte aérienne de transport, les avions et bateaux ravitailleurs, les patrouilleurs et les hélicoptères en général », peut-on lire dans le rapport d'information.

La deuxième vague repose sur la capacité de dissuasion nucléaire. « A l'horizon de 2025, le budget de la dissuasion devra avoir quasiment doublé, par rapport à 2013, pour atteindre un niveau de 5,5 à 6 milliards d'euros, à valeur 2017 constante ».

Ainsi, « les années 2018-2020 apporteraient « une première vague » de ressources supplémentaires, principalement destinées aux forces conventionnelles ; les augmentations annuelles suivantes, à compter de 2021, constitueraient une «  deuxième vague » visant à financer la dissuasion », établit le rapport d'information.

Pour atteindre ces objectifs il convient de mettre l'accent sur l'effort de recherche pour que la base industrielle française conserve son avance, mais aussi d'améliorer le maintien en condition opérationnelle du matériel.

Concernant le livre blanc, la commission des affaires étrangères, de la Défense et des forces armées ne voit pas l'utilité de le revoir. « Les analyses sur lesquelles repose celui de 2013 sont restées entièrement pertinentes », estiment les deux sénateurs. Afin de gagner du temps, une revue stratégique doit être menée pour permettre l'établissement d'une Loi de Programmation Militaire d'ici la fin de l'année.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.