Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité transport aérien Actualité Sécurité Actualité Drones Actualité Compagnies aériennes

Sécurité aérienne : les drones frappent encore

Un moyen-courrier Airbus de British Airways a été frappé par un drone lors de son approche sur l'aéroport de Londres/Heathrow. © Airbus

"Enough is enough". Les pilotes de ligne et les autorités britanniques de l'aviation civile (CAA) sont une nouvelle fois confrontés à un incident grave ayant pour cause un drone. Alors qu'il effectuait son approche sur l'aéroport de Londres/Heathrow, le 17 avril, un Airbus A320 de British Airways, avec 132 passagers et cinq membres d'équipage à bord, a été heurté par un drone. Les incidents avec les drones se multiplient au Royaume-Uni.

En novembre 2015, le pilote d'un A321 a pu éviter un drone "qui se baladait à une hauteur de 100 pieds (30 m)" au dessus de la piste de l'aéroport de Londres/Gatwick. Deux mois plus tôt, un drone hélicoptère était passé à 30 pieds du cockpit d'un A319 en approche sur l'aéroport de Londres/Heathrow. Toujours en septembre 2015, un drone s'est baladé à tribord d'un Boeing 777 en pleine phase ascensionnelle après son décollage de Londres/Heathrow.

Le 13 septembre 2015, deux incidents : l'un au London City Airport avec un drone volant à 20 m d'un Embraer E170 en approche; l'autre sur l'aéroport de Londres/Stansted avec un drone passant cinq mètres au dessus d'un Boeing 737 évoluant à une altitude de 4 000 pieds. Enfin, en août 2015, un Dornier DO-328 en approche sur l'aéroport de Manchester a croisé un drone alors qu'il était à une altitude de 4 000 pieds.

Le seul incident pour l'instant recensé en France est celui intervenu en février à un Airbus A320 d'Air France en approche sur l'aéroport de Paris/Charles de Gaulle. Le drone est passé "environ cinq mètres en dessous de l'aile gauche de l'avion", rapporte le Bureau d'enquêtes et d'analyse (BEA). Au Royaume-Uni, la CAA s'est contentée de rappeller "qu'il était inacceptable que des drones survolent les aéroports et que de sévères peines étaient prévues pour les auteurs de ces incidents".

Pas assez pour le syndicat des pilotes de ligne britannique (Balpa) qui réclame un renforcement des mesures existantes. Aux Etats-Unis, le syndicat des pilotes de ligne demande que "des fonds soient dégagés par le DOT pour mener des essais pour mesure les effets d'une ingestion d'un drone dans un moteur et du choc d'un drone heurtant la verrière d'un cockpit". Il est clair que la DGAC ne pourra elle aussi y échapper à terme.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.