Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Avions de combat Actualité Forces aériennes

Rafale en Inde : le contrat est signé !

L'Inde devient le plus gros client du Rafale à l'exportation. © Dassault

 

Après près de 10 ans de compétition, de surprises et de retournements de situation, l’Inde vient enfin de signer le contrat d’acquisition pour 36 Rafale (28 monoplaces et 8 biplaces). Le contrat a été signé par les ministres de la défense français et indien à Delhi ce matin. Pour Dassault, il s’agit de la plus importante commande export pour son avion de combat, après les 24 pour l’Egypte et autant pour le Qatar. Avec un contrat proche des 8 Mds d’euros, les premières livraisons interviendront dès 2019. Le contrat d’Etat à Etat comprend également le volet armements, soit a priori le missile longue porté air-air Meteor de MBDA ainsi que le missile de croisière Scalp. De quoi maintenir à bonne distance toutes vélléités pakistanaises ou chinoises... Delhi a aussi souhaité l’intégration d’équipements spécifiques. Air & Cosmos reviendra longuement sur ce volet dans sa prochaine édition.

Le Rafale continue donc son aventure à l’export. Le contrat indien devrait idéalement placer l’avionneur français pour des commandes supplémentaires et débloquer le prospect malaisien. Les Emirats Arabes Unis pourraient également se déclarer intéressés.

"Ensemble, entreprises indiennes et françaises, nous nous appliquerons à mettre en œuvre une coopération industrielle ambitieuse. Je suis sûr que le Rafale, avec ses performances, portera haut les couleurs de l’Armée de l’Air Indienne. Il fera preuve d’une efficacité sans faille pour assurer la protection du peuple indien et la souveraineté de la plus grande démocratie du monde », a déclaré Eric Trappier, Président-Directeur général de Dassault-Aviation.

 

Thales, qui fournit de nombreux équipements et systèmes pour le Rafale (radar RBE2, Spectra, OSF...), annonce que ce contrat va générer des centaines d'emplois sur les sites industriels de Thales, tout particulièrement Elancourt, Bordeaux, Brest et Etrelles, ainsi que chez de nombreux sous-traitants et partenaires.

"Ce nouveau succès du Rafale à l’export illustre notre capacité, aux côtés de Dassault Aviation et de ses partenaires, à répondre en permanence aux plus hautes attentes du client par l’innovation, la maîtrise des hautes technologies et l’excellence industrielle » a commenté Patrice Caine, PDG de Thales.

 

Ce sont plus de 7 000 salariés qui travaillent sur le Rafale chez Dassault Aviation, Thales, Safran et dans les 500 entreprises sous-traitantes.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Paul Levitte
    le 28/09/16 à 03h05

    D'un cheveu ! Il s'en est fait de peu que la signature du contrat soit reportée, le ministre de la défense indienne était encore réticent à la veille de signer, arguant d'un prix encore trop élevé malgré la baisse de 30 % mais encore trop élevé selon lui comparé à la précédente offre MMRCA. Par ailleurs ce dernier considère que le contrat inter-gouvernemental offre moins d'assurance qu'un contrat type FMS américain; enfin M. Parrikar reproche que le contrat ne comporte aucune close conservatoire en cas d'extension du contrat pour 90 autres exemplaires. Finalement et bien que le comité de défense décisionnel sur le contrat ne soit pas apparemment pas tenu le mercredi avant-veille du jour de signature, c'est le 1er ministre indien M. Modi lui-m^rmr qui a pris d'autorité la décision de demander aux autorités française la signature de celui-ci avec une certaine improvisation pour les aspects protocolaires comme les images et le cadre de la singa le montre assez bien. La différence entre le prix de l'offre MMRCA et celle ayant donné lieu au contrat signé le 23 septembre 2016 tient à deux facteurs : l'absence d'armement pour le contrat MMRCA et une offre de MCO minimale dans ce dernier cas.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.