Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile

Qatar Airways mise sur l’Airbus A350-1000

Airbus A350 Qatar © Airbus

Comme prévu, Qatar Airways a transformé sa commande initiale de 20 Airbus A350-800 pour les versions de plus grande capacité de la nouvelle famille de biréacteurs long-courriers du constructeur européen.

 

La commande initiale de Qatar Airways, passée en mai 2007, se répartissait en 20 A350-800, 40 A350-900 ainsi que 20 A350-1000 dont la compagnie était client de lancement. L’accord auquel sont parvenus le transporteur et Airbus fait passer la commande à 43 A350-900 et 37 A350-1000.

 

Signe que Qatar Airways mise plus que jamais sur l’A350-1000, dont la capacité est équivalente à celle de l’actuel Boeing 777-300ER mais dont la mise en service n’est pas attendue avant la mi-2017.

 

Du coup, le 777-300ER est en situation de monopole confortable avec 620 ventes enregistrées depuis son lancement en 2000. Une vraie "vache à lait" pour le constructeur américain.

 

Or, les compagnies aériennes n’aiment pas que leurs fournisseurs soient en situation de monopole. Qatar Airways est déjà un conséquent exploitant de 777-300ER (18 exemplaires livrés) tout comme Cathay Pacific Airways (25) qui a d’ailleurs récemment commandé 10 A350-1000.

 

Emirates, un autre gros exploitant du 777-300ER (48), a aussi commandé de l’A350-1000 à raison de 20 exemplaires fermes.

 

Avec la décision de Qatar Airways de prendre plus d’A350-1000 que prévu, le carnet de commandes de ce dernier va donc dépasser la barre symbolique des 100 ventes (de 88 à 105) tandis que celui de l’A350-800, le modèle le plus petit de la famille, va passer dessous alors que ses ventes avaient culminé jusqu’à 182 exemplaires en 2009.

 

Avec des commandes divisées par deux en trois ans, l’A350-800 fait les frais à la fois des besoins des compagnies pour des modèles de plus grande capacité, A350-900 et A350-1000, mais aussi de l’actuel succès des A330 aux capacités similaires et que les exploitants comptent bien amortir sur quelques années encore.

 

 

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.