Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Avions de transport

Programme KC-46A : premier vol d'un 767-2C

Le KC-46 n'a toujours pas volé dans sa configuration définitive. © Boeing

La course contre la montre continue pour le KC-46 Pegasus. Boeing a annoncé, le 28 décembre, le premier vol d'un appareil de développement 767-2C modifié dans le cadre du programme d'avion de ravitaillement en vol KC-46A. Ce premier appareil comprend certaines spécificités propres au futur tanker de l'US Air Force mais il n'est pas encore doté de tous les équipements attendus. Il manque notamment la la perche de ravitaillement centrale rigide surnommées "boom".

Ce premier vol de 3h32 marque le début d'une campagne intensive d'essais qui doit se poursuivre jusqu'au printemps. Le premier vol d'un véritable prototype du KC-46 est attendu avant le début de l'été 2015.

En 2011, le Pentagone avait attribué un contrat à Boeing pour la construction de quatre prototypes (Deux 767-2C et deux KC-46A) devant servir au développement du futur ravitailleur de l'armée de l'air américaine. L'objectif est de franchir le plus rapidement possible le jalon du Milestone C qui permettra de lancer la production en pré série de l'appareil. L'US Air force prévoit d'acquérir au total 179 KC-46A Pegasus d'ici 2027. 18 appareils doivent être livrés d'ici août 2017.

Selon son constructeur, le KC-46A révolutionnera la mobilité aérienne. En plus de ses missions de ravitaillement, l'appareil pourra être utilisé pour des missions de transport et bénéficiera d'une autoprotection renforcée.

Mais pour l'instant il ne s'agit que de promesses. En janvier dernier, le DOT&E (la direction des évaluations de matériels et des essais opérationnels) a annoncé que l'avion KC-46A reste un programme à « hauts risques », qui devrait connaître un retard de « six à douze mois ». Le Pentagone évoque notamment des retards dans la mise au point du système d'autoprotection ALR-69A de Raytheon, qui ferait pour le moment preuve de performances insuffisantes. Pour autant, jusqu'à maintenant, Boeing s'en tient toujours à son calendrier initial.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.