Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Aviation Civile Actualité Drones Actualité Drones civils Actualité sécurité aérienne Actualité transport aérien

Première collision avérée entre un drone et un avion commercial

Spécialisée dans les vols affrétés, Skyjet exploite des KingAir 100/200 et Beech 1900D. © Skyjet

Un turbopropulseur de la compagnie aérienne Skyjet a été heurté par un drone pendant son approche sur l'aéroport de Québec.

Ce qui devait arriver un jour est arrivé. Il s'agit de la première collision avérée entre un drone et un avion commercial. Un appareil de la compagnie aérienne canadienne Skyjet a été heurté par un drone lors de sa phase d'approche sur l'aéroport de Jean-Lesage de Québec. Spécialisée dans les vols affrétés avec équipages, Skyjet exploite des King Air 100/200 et Beechcraft 1900D. L'avion a été heurté alors qu'il se trouvait à une altitude de 450 m et à environ 3 km de la piste d'atterrissage. A son bord se trouvaient six passagers et deux membres d'équipage. L'appareil n'a heureusement subi que des dommages mineurs.

Pour autant, "cela aurait pu avoir des conséquences catastrophiques si un drone heurtait une fenêtre du cockpit ou percutait un des turbopropulseurs pendant cette phase cruciale", a souligné le ministre fédéral des Transports, Marc Garneau. Jusqu'à présent, les incidents relevés soulignaient la proximité de drones avec des avions de ligne en phase d'approche, contraignant certains équipages à effectuer des manoeuvres d'évitement par sécurité. Cette première collision officiellement annoncée souligne l'urgence de mettre en place des réglementations restrictives.

Le Canada a bien une réglementation sur l'exploitation des drones, interdisant des vols au delà de 90 m d'altitude et à moins de 5,5 km d'un aéroport. Avec des peines pour les infractions sous la forme d'amende de 13 500 euros et/ou d'une peine de prison. Cela n'a pas empêché les incidents de se multiplier puisque Marc Garneau a indiqué que 1 596 incidents liés à des drones ont été signalés à son ministère depuis le début de cette seule année dont 131 ont été jugés "préoccupants du point de vue de la sécurité aérienne".

La réglementation canadienne est en cours de refonte. Celle qui doit être adoptée en 2018 imposera également un âge minimum pour les opérateurs de drones en fonction de la taille du drone ainsi qu'un test. Enfin, les propriétaires de drones seront tenus de faire figurer leur nom et adresse sur le drone. Peut être pas suffisant au regard de la collision intervenue à proximité de l'aéroport de Québec.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.