Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Missiles

Premier tir du missile ANL

L'ANL monté sur un Panther banc d'essai de la DGA. © DGA

La DGA et MBDA ont procédé, le 21 juin 2017, au premier tir du missile anti navire léger (ANL). Un missile qui devrait être emporté par le futur HIL (Helicoptère Interarmées léger).

Ce premier tir de développement de l'ANL a été effectué depuis un hélicoptère Panther banc d'essai de la direction générale de l'armement (DGA) sur le site Méditerranée du centre DGA Essais de missiles.

L'ANL est le fruit d'un programme franco britannique dont la réalisation a été confiée à MBDA en 2014. Baptisé Sea Venom au Royaume-Uni, l'ANL a une masse de 110 kg pour 2,5 m de long. Sa portée annoncée est de 20 km. Il est doté d'un autodirecteur infrarouge offrant des capacités "tir et oublie" ainsi qu'une capacité «homme dans la boucle». La charge militaire de 30 kg permet au missile d'être efficace contre des embarcations légère ou des bâtiments de combat légers (Jusqu'aux corvettes). Le Sea Venom/ANL peut également être employé contre des objectifs côtiers. 

En France, l'ANL devrait équiper le futur Hélicoptère Interarmée Léger qui sera développé à partir du H160 d'Airbus Helicopters. Le HIL fera de la surveillance et du sauvetage, en mer et en bande côtière.  Il pourra aussi intervenir de manière coercitive soit avec de l'armement léger soit avec le missile ANL. A l'origine une intégration sur Panther avait été évoquée. Cette option semble aujourd'hui écartée. 

Au Royaume-Uni, le Sea Venom pourrait équiper le Wildcat de la Royal Navy. En avril 2017, MBDA a testé l'intégration et le largage du missile depuis un Lynx Mk 8 (Un appareil qui est en cours de retrait au sein de le Royal Navy).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.