Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Premier échec du lanceur PSLV depuis 1997

Préparatifs du vol C39 d'un PSLV. © ISRO

Ce 31 août, l'Inde n'a pas réussi à placer sur orbite IRNSS H, le satellite qui devait pallier aux pannes d'horloges rencontrées par le système de navigation NavIC. Le lanceur polaire allait fêter 20 ans de succès d’affilée.

L’objectif de la mission C39 (41e lancement du lanceur indien PSLV XL) était de placer sur orbite de transfert géostationnaire le satellite de navigation IRNSS H (1 425 kg). Après un décollage intervenu depuis la base de Sriharikota, à 19 heures heure locale (13h30 UTC), puis un fonctionnement sans histoire des trois premiers étages du lanceur, c’est la coiffe protectrice de la charge utile qui a refusé de se séparer, et par la même occasion l'allumage du quatrième et dernier étage qui n’a pu être enclenché.

 

A la rescousse d’IRNSS A.

Engagé en 2013 par l’Agence spatiale indienne (Isro), le déploiement du système de positionnement par satellite IRNSS (Indian Regional Navigation Satellite System), rebaptisé NavIC pour son emploi commercial, s’était achevé en avril 2016, avec l’envoi d’un septième et dernier exemplaire, IRNSS G. Mais, en juillet suivant, IRNSS A, le premier satellite de la constellation, est devenu inexploitable, victime de pannes d’au moins trois de ses horloges atomiques au rubidium. Depuis, quatre autres horloges sur d’autres composants du système ont également présenté des dysfonctionnements, provoquant la décision de lancer IRNSS H, l’un des satellites de secours commandés par l’Isro début 2016.

 

Le cheval de bataille de l’Inde spatiale.

Le lanceur polaire indien n’avait pas connu d’échec en vol depuis le 29 septembre 1997, à l’issue duquel le satellite d'observation de la Terre IRS D avait été placé sur une orbite trop basse (mais finalement rattrapée). Depuis, 36 missions avaient été réalisées sans anicroche, et la version XL du PSLV, introduite en octobre 2008, effectuait un sans faute, avec 17 lancements réussis d’affilée.

Ce revers intervient au moment où l'Inde, aujourd’hui cinquième puissance spatiale mondiale par le nombre de lancements orbitaux annuels (ex aequo avec le Japon), envisageait une sérieuse augmentation de ses cadences de lancement du PSLV XL. Le 6 juin dernier, elle avait inauguré un nouveau lanceur géostationnaire, GSLV Mark III, capable de placer sur orbite de transfert géostationnaire des charges utiles de 4 tonnes.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.