Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Technologies Actualité Transport spatial

Plusieurs premières pour le moteur Vinci

Moteur Vinci sur banc d'essai © DLR

Les essais se poursuivent pour le moteur qui équipera, à partir de 2020, l'étage supérieur du futur lanceur lourd européen.

Développé sous la direction de la division Moteurs spatiaux d’ArianeGroup à Vernon (Eure), le moteur ré-allumable Vinci est destiné à propulser l’étage supérieur cryogénique d’Ariane 6, dont le premier vol est attendu pour 2020.

En mai 2016 avait débuté sur le banc d’essai P4.1 du site de Lampoldshausen (région de Bade-Wurtemberg, au sud-ouest Allemagne) la campagne d’essais M5R du moteur, menée par le DLR (le centre allemand de recherche aérospatiale), pour le compte d’ArianeGroup.

Deux autres campagnes, appelées M6 et M7, ont ensuite été menées, toujours sur le banc d’essai P4.1 mais aussi sur le PF52 du site de Vernon, afin de qualifier les sous-systèmes du moteur. Elles totalisent 25 essais (16 au titre de M6 et 9 au titre de M7), tous nominaux selon ArianeGroup.

 

Etapes importantes.

Certains de ces essais ont constitué de véritables premières en termes de performance :

- une mise à feu du moteur durant 1 569 secondes, une durée encore inédite

- une série de 20 « boosts » (1 allumage suivi de 19 ré-allumages du moteur, alors qu’une mission d’Ariane 6 ne nécessitera jamais plus de 4 ré-allumages), soit une durée de fonctionnement cumulée de 300 secondes

- un essai continu de 800 secondes en « fonctionnement haut », c’est-à-dire au niveau de poussée maximale pour lequel le moteur est dimensionné (en vol, sa durée de mise à feu maximale sera de 900 secondes).

 

140 and still couting…

« Ces campagnes se sont très bien passées, témoigne Valérie de Korver, chef de produit Système propulsif Vinci chez ArianeGroup. Nous avons démontré des marges importantes vis-à-vis des besoins en vol, notamment grâce à un nouveau système d’allumage et réussi des premières, comme la réalisation de 20 boosts en un seul essai. Il s’agit d’une étape majeure pour démontrer la capacité du moteur Vinci à répondre aux exigences de polyvalence du lanceur Ariane 6. C’est aussi un nouveau cap important franchi pour le programme, autant que pour les équipes, qui mesurent les enjeux de ces campagnes et les vivent toujours avec une intensité particulière. »

Au terme de ces campagnes, le moteur Vinci compte désormais 140 essais au banc réussis.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.