Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites

Oufti-1, le Cubesat made in Belgium

Inspection du satellite. © ESA

Outre les satellites Sentinel-1B et Microscope, le Soyouz-Fregat lancé depuis Kourou le 25 avril dernier accueillait trois Cubesat réalisés par des étudiants européens. Parmi eux, le premier satellite officiellement belge.

Trois Cubesat ont profité du vol VS14 d'Arianespace pour être placés le 25 avril dernier sur une orbite basse de 453 x 665 km, inclinée de 98,2° : Oufti-1 (Orbital Utility For Telecommunication Innovations), réalisé par les étudiants belges de l’université de Liège (ULg), Aausat-4 (Aalborg University Satellite), de l’université d’Aalborg au Danemark, et e-st@r-ll (Educational SaTellite @ politecnico di toRino), développé par les étudiants de l’université polytechnique de Turin.

 

Oufti-1, dont le nom évoque l’expression liégeoise correspondant au « Mince alors ! » français, va servir de relais pour les radioamateurs qui utilisent le nouveau protocole numérique D-STAR (Digital-Smart Technologies for Amateur Radio) –une première depuis l’espace. D’une masse de 920 g, il doit également tester des cellules solaires développées par une filiale d'Airbus Defence & Space en Allemagne, qui fourniront une puissance de 2 W. La carte d'alimentation électrique qui est connectée au panneau solaire et à la batterie a été développée avec le soutien de Thales Alenia Space Belgique.

 

 

#Oufti1GO

 

Né en 2007 au sein de la faculté des sciences appliquées de l’ULg, le projet a été retenu en juin 2013 pour participer au programme éducatif Fly Your Satellite (Fais voler ton satellite) de l’Esa. L’assemblage complet du satellite dans une salle blanche du Centre spatial de Liège remonte à octobre 2013. Avaient suivi les tests fonctionnels jusqu’à l’été 2014, puis les tests thermiques et vibratoires au centre technique Estec de l’Esa à Noordwijk (Pays-Bas), en septembre-octobre suivant. Oufti-1 avait enfin été livré par avion en Guyane le 22 mars dernier, et installé sur l’étage Fregat le 13 avril.

 

Après deux reports météo inédits et un souci technique sur le lanceur, c'est donc le 25 avril qu'Oufti-1 a été placé sur orbite, 1h48 après le décollage. Mais ce n'est que 4h17 (le 26 avril à 6h05, heure de Belgique) que les responsables du projet à Liège le confirment : Oufti-1 a bel et bien décliné son identité depuis l'espace.

 

Environ 24 heures après le lancement, les premières trames complètes du Cubesat sont entendues et décodées par un radioamateur canadien. L'équipe reçoit quelque minutes plus tard une séquence enregistrée par un Américain, du côté de Washington. La vie d'Oufti-1 sur orbite débute.

 

« Oufti est un satellite pour les radioamateurs, nous expliquait la veille du lancement à Kourou Sébastien De Dijcker, responsable de l’ordinateur de bord et de l’informatique au sol. Nous avons développé et mis en ligne sur notre site Internet une application pour décoder les trames morses qu’il envoie. L’idée est que les données reçues par d’autres radioamateurs dans le monde pourront être partagées avec l'équipe projet. De notre côté, nous disposons de deux stations de réception sur l’Université de Liège, dont une automatisée. Nous aurons 6 à 8 passes par jour espacées de 90 minutes, qui nous renseigneront durant un an sur les paramètres vitaux du satellite : la tension des batteries, quelques températures, divers courants… »

 

Conçu dès le départ comme un instrument pédagogique fédérant des étudiants de l’ULg et de hautes écoles de la Province de Liège, le projet (qui est loin d’être terminé) a vu défiler en près de neuf ans plusieurs dizaines d’étudiants et a donné lieu à la réalisation de pas moins de 45 travaux de fin d’étude (thèses de Master).

Même si la Belgique peut s’enorgueillir de fournir depuis 2001 les micro-satellites technologiques Proba, ceux-ci ont été immatriculés par l’Esa. Avec l’enregistrement d’Oufti-1 sous les couleurs du royaume (qui reçoit la désignation Cospar n°2016-025X), on assiste à une autre première, en plus de la première application de la technologie D-SAT en mode spatial.

 

 

Lire l'aventure complète d'Oufti-1 sur le blog de l'ULg : http://events.ulg.ac.be/oufti-1/storify/

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.