Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Orbital ATK dévoile OmegA

Orbital ATK complète sa gamme de lanceurs © Orbital ATK

A l’ouverture du 34e Space Symposium, qui se tient jusqu’au 19 avril à Colorado Springs (Colorado), l’opérateur de lancements a présenté son prochain lourd, « 100% américain ».

Orbital ATK a présenté le 16 avril son futur lanceur stratégique, de classe intermédiaire et lourd, conçu pour le programme de lanceurs consommables EELV (Evolved Expendable Launch Vehicle) de l’US Air Force, mais aussi capable de mener des missions commerciales et scientifiques de façon compétitive : OmegA.

Capable d’emporter des charges utiles de 10,1 t vers l’orbite de transfert géostationnaire, le lanceur sera composé de trois étages et pourra recevoir jusqu’à six accélérateurs à poudre latéraux GEM 63 –les mêmes que ceux produits par Orbital ATK pour équiper les lanceurs Delta 4 et (d’ici un an) Atlas 5 d’United Launch Alliance.

Les étages inférieurs à propergol solide (Castor 300, 600 ou 1200) sont actuellement développés par Orbital ATK, à partir des segments des accélérateurs à poudre SRB de la navette spatiale, tandis que l’étage supérieur sera propulsé par le moteur RL10C-5-1 à hydrogène et oxygène liquides d’Aerojet Rocketdyne, dérivé du RL10C-1 (101,8 kN) utilisé depuis décembre 2014 sur l’étage Centaur de l’Atlas 5.

 

200 M$ investis en 2015-2017.

Orbital ATK insiste sur l’utilisation de technologies éprouvées, qui doivent permettre de minimiser les risques et les coûts. Environ 500 personnes travaillent aujourd’hui sur le projet OmegA, initialement appelé NGLS (Next Generation Launch System), et leur nombre devrait doubler dans les prochains 24 mois. L’investissement commun avec l’US Air Force entre 2015 et 2017 représente 200 M$.

Concurrent direct des lanceurs de Blue Origin, SpaceX et ULA, ce lanceur « All American » (ou presque, si le divergent carbone-carbone du RL10C est toujours produit par ArianeGroup, dans son usine du Haillan, près de Bordeaux) devrait achever ses essais de propulsion au sol en 2019, en vue d’un premier vol en 2021 dans sa configuration intermédiaire.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.