Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

Opération confiance à Bratislava

Le couple franco allemand se veut le moteur de l'Europe de la Défense et de la Sécurité. © Présidence de la République

Avec une ambition mesurée, le sommet de Bratislava a lancé les prémices d’une Europe de la Défense. Rendez-vous en décembre pour les décisions.

Le Sommet européen « informel » de Bratislava avait davantage les traits d’un team building entre chefs de gouvernement que d’une task force. La presse et les conseillers tenus à l’écart, pas de vrais dossiers sur la table … Le Sommet visait surtout à recréer de la confiance entre partenaires encore sous le choc du Brexit et de nombreux mois de tensions sur presque tous les dossiers. Il en est sorti une méthode et une feuille de route qui liste les priorités pour les prochains mois : la migration, la croissance et la sécurité.

Sur ce dernier point, on retiendra que les projets poussés par le couple franco-allemand (voir Air & Cosmos 2514 du 16 septembre 2016) seront à préciser au Conseil de décembre qui devrait donner lieu aux premières décisions en la matière. Il faut dire que l’urgence domine, comme l’a expliqué le Président français, François Hollande. « Il n’y a pas de continent, il n’y a pas d’ensemble qui n’assure pas sa sécurité, sa protection. Les Européens veulent la protection. Que chacun sache bien que si les Etats-Unis font un choix de s’éloigner, l’Europe doit être capable de se défendre par elle-même. La France fait l’effort principal pour la Défense européenne, mais elle ne peut pas être la seule ».

Le mécanisme pour avancer vite pourrait être la « coopération structurée permanente » prévu par le Traité de Lisbonne en 2009. Les Etats pourraient s’engager à participer à des programmes européens d’équipement militaire et à fournir des unités de combat pour les missions cadres de l’Union Européenne. Aucun seuil minimum ne serait requis et la décision peut être prise à la majorité qualifiée du Conseil, ce qui favorise les grands Etats de l’Union. Idéal donc, pour lancer le « premier cercle des pays prêts à progresser plus vite », appelé de ses vœux par le président français.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.