Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Transport spatial

OneWeb confirme le début du déploiement de sa constellation le 19 février

Premier lot de satellites assemblés à Toulouse © Greg Wyler via Twitter

Le projet de constellation destiné à offrir un accès Internet bon marché pour le plus grand nombre se précise. Greg Wyler, son initiateur, vient de le confirmer sur Twitter.

« Après près de 7 ans, tous les systèmes sont « go » pour lancer le 19 février les premiers satellites haut débit produits en série du monde. Cela marque une nouvelle ère pour l'espace et constitue un premier pas concret vers la réduction de la fracture numérique pour tous les habitants des régions isolées et rurales du monde », a annoncé le 17 janvier sur son compte Twitter l’entrepreneur américain Greg Wyler.

L’ancien fondateur d'O3b est à l’origine du projet de constellation OneWeb, projet phare du New Space qui doit constituer le premier réseau Internet mondial par satellite grâce au déploiement, sur une orbite basse quasi polaire (1 200 km d'altitude), de dizaines de satellites « low cost » (moins de 1 M$) : moins de 150 kg, tous identiques, simplifiés au maximum, produits en série, et prévus pour une durée de vie de 5 ans.

 

Réduction de la constellation.

La configuration initiale prévoyait 648 satellites opérationnels et 252 satellites de remplacement, leur déploiement sur orbite étant confié à 21 lanceurs Soyouz opérés par Arianespace, essentiellement depuis le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan.

Les tests effectués au sol sur les premiers satellites produits par OneWeb Satellites à Toulouse dépassant apparemment les attentes (et le financement du projet, en particulier de son exploitation, semblant encore incomplet), le nombre de satellites à lancer pourrait être réduit d’un tiers – sans conséquence à notre connaissance sur le nombre de missions Soyouz.

 

Trois sites de lancement.

Au départ, le vol qui va embarquer les premiers satellites opérationnels (dont le nombre pourrait passer de 10 à 4 ou 6) avait été annoncé pour « courant 2018 », sans jamais être précisé – il semble néanmoins que le mois d’octobre ait longtemps été visé.

Avant le tweet de Greg Wyler, la date du 19 février, qui circulait depuis plusieurs semaines, avait été confirmée par Stéphane Israël, le président exécutif d’Arianespace, lors de ses vœux à la presse le 9 janvier.

La mission inaugurale doit intervenir depuis le Centre spatial guyanais, à l’aide d’un Soyouz ST-B / Fregat MT. Une deuxième mission depuis la Guyane (sur un lanceur équivalent), semble programmée en novembre. Le premier des douze lancements programmés depuis Baïkonour interviendrait en août, tandis que les six vols affectés depuis le cosmodrome de Vostotchny, en Sibérie, démarreraient au troisième trimestre 2020.

Tous les vols depuis la Russie embarqueraient seront effectués sur Soyuz 2.1b / Fregat M.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.