Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

Nouvelle édition de l'opération POKER

La base aérienne 702 d'Avord a mobilisé des E-3F pour l'opération Poker. © Ministère de la Défense

La semaine du 14 mai, l'Armée de l'air a mené l'opération POKER. Cet exercice visait à entrainer les forces aériennes stratégiques (FAS) à opérer un raid nucléaire. De nombreux moyens ont été déployés afin de rendre cet exercice le plus réaliste possible.

L'objectif de l'opération POKER a été décrite par le Ministère de la Défense comme visant « à démontrer la capacité opérationnelle des FAS au travers d'une mission de longue durée au-dessus du territoire national ».

Le but est de mettre tout en œuvre afin de rendre l'opération la plus réaliste possible. Les pilotes des FAS autant que les mécaniciens sont mobilisés. Ils sont confrontés à un exercice reproduisant les conditions réelles en cas de raid nucléaire afin d' « être capables d'opérer au sol en conditions NRBC » (nucléaire, radiologique, biologique, chimique).

Pour cela, l'Armée de l'air a mobilisé de nombreux aéronefs (une cinquantaine environ). Le dispositif a été complété par « un millier de personnels ». Au niveau des FAS, des C135 du groupe de ravitaillement en vol 2/91 « Bretagne », des Mirage 2000N appartenant à l'escadron de chasse 2/4 La Fayette et des Rafale B de l'escadron de chasse 1/4 « Gascogne » ont été mobilisés. « Les équipages des Mirage 2000 C d'Orange, 2000 D de Nancy et 2000-5 de Luxeuil, Rafale C de Mont-de-Marsan, et E-3F d'Avord ont [également] concouru à la réussite de l'opération », rapporte le Ministère de la Défense.

Le vol d'entraînement a duré plusieurs heures. Il a mobilisé les pilotes sur des techniques différentes, tels que le vol à haute altitude, la pénétration à basse altitude et le ravitaillement en vol sur C135.

L'enjeu des raids nucléaires provient, outre la technicité de la manœuvre, des forces ennemies. Ainsi, « le raid a dû échapper aux menaces aériennes et terrestres adverses, jouées notamment par l'Escadron de défense sol-air d'Avord ». L'ensemble de l'exercice a été effectué en procédure dite « silence ». Ce procédé ne permet pas l'utilisation du GPS et le recours aux émissions radio n'est pas autorisé.

L'opération POKER est menée plusieurs fois par an. Cet exercice était le deuxième de l'année 2017. Les forces aériennes stratégiques sont mobilisées depuis plus de 50 ans pour garantir « la permanence opérationnelle de la composante aéroportée de la dissuasion nucléaire française ».

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.