Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Drones militaires

MQ-25 Stingray : General Atomics fera équipe avec Boeing

L'US Navy veut un drone capable de ravitailler en vol ses chasseurs. © General Atomics

Le groupe américain est en compétition pour développer le futur drone embarqué de l'US Navy. Pratt & Whitney fournira le moteur du véhicule proposé par General Atomics.

General Atomics Aeronautical Systems (GA-AS) a annoncé, le 12 février 2018, l'équipe d'industriels qui l'accompagnera pour répondre à l'appel d'offre pour réaliser le futur drone MQ-25 Stingray de l'US Navy. Pour son offre, GA-AS fera équipe avec Boeing Autonomous Systems dont le rôle exact n'a pas été précisé. Le deux sociétés présentaient à l'origine des offres concurrentes et semblent donc avoir décidé de s'associer. Boeing avait pourtant présenté en décembre 2017 son propre concept de drone ravitailleur pour ce programme.

Le programme MQ-25 Stingray vise à développer un drone embarqué capable d'effectuer des missions de surveillance et de renseignement (ISR) et de ravitailler en vol les appareils de l'US Navy (Le but étant de réduire le nombre de sorties des Super Hornet consacrées à ces missions et de permettre au chasseur de se concentrer sur les missions de combat et d'entrainement). 

Le département de la défense prévoit de lancer en 2018 la phase d'ingénierie et de construction des prototypes de ce programme. La capacité opérationnelle initiale du MQ-25 Stingray devrait être prononcée vers 2024. Le programme a bénéficié d'un budget de 222 M$ pour l'année fiscale 2018 et un budget de 683,9M$ a été demandé pour l'année fiscale 2019.

Pratt & Whitney fournira son moteur PW815, UTC Aerospace Systems fournira le train d'atterrissage, L3 Technologies développera le système de communication du véhicule, BAE Systems s'occupera des logiciels et notamment du système de préparation de mission, Rockwell Collins fournira des systèmes de navigation, le système radio TruNet ARC-210 et des systèmes de simulation. La collaboration avec Fokker GKN Aerospace se poursuivra notamment pour la crosse d'appontage du véhicule. 

Lokheed Martin est également en lice pour ce programme. Northrop Grumman s'est retiré fin 2017.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.