Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Hélicoptères militaires

Les roquettes du Tigre pour l'armée américaine ?

Un Tigre de l'ALAT tire ses roquettes © Armée de Terre

Après plusieurs années de contacts informels et d’échanges plus officiels, les armées américaines et TDA Armements SAS, une filiale de Thales, implantée à La Ferté-Saint-Aubin en Sologne, ont signé un accord pour tester, en France en 2015, les roquettes de l'hélicoptère Tigre, en dotation dans l’armée de terre française.

Pour mémoire, l'Aviation Légère de l'Armée de Terre (ALAT) a déployé, de 2009 à 2012, trois hélicoptères d’appui protection (HAP) Tigre sur la base du Kabul International Airport (KIA), qui intervenaient entre la capitale afghane et les provinces orientales de Kapisa et de Surobi.

C'est à ce moment que le Système de Roquettes activées par induction (SRAI) en service sur le Tigre a été repéré par l’U.S. Army. Conséquence, l’entité américaine chargée de l’évaluation des solutions techniques étrangères (le Research, Development, and Engineering Command (RDECOM)'s International Technology Center [ITC]-France) est entrée en contact avec TDA Armements en juin 2013. Les échanges et les démarches qui ont suivi ont permis la mise en place d’un potentiel programme de coopération, en 2015, au profit du Joint Attack Munition Systems (JAMS) Project Office. La signature de ce contrat est actuellement soumise à la décision du Department Of Defense américain dans le cadre des compétitions pour les projets Foreign Technology Assessment Support (FTAS).

Entièrement numérique et très en avance sur les systèmes existants, le SRAI, très facile d'emploi, présente en effet des avantages opérationnels appréciables puisque, réputées inviolables, les Roquettes activées par induction (RAI) sont inertes jusqu’à réception de l’ordre de tir et ne peuvent pas servir en mode dégradé, ni être transformées en ‘Katiouchas’ ou en Engin explosif improvisé (EEI). Déjà éprouvé au combat en Afghanistan, au-dessus de la Libye ou au Mali, ce système de deuxième génération est complètement insensible à l’environnement électromagnétique et peut même être mis en œuvre à bord des Bâtiments de Projection et de Commandement (BPC), comme ce fut le cas pendant l’opération Harmattan en 2011.

Si les résultats de ces tests sont concluants aux yeux des experts du Procurement américain, de très importantes perspectives s'ouvriraient alors pour la roquette française, qui pourraient ainsi venir équipper les Apache ou BlackHawk de l'US Army, en quantité.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.