Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Le Vinci bon pour le service

Maquette échelle 1 du moteur Vinci (4,2 m de haut) présentée au musée d'entreprise d'ArianeGroup de Vernon © P.-F. Mouriaux / Air & Cosmos

Le moteur de l’étage supérieur d’Ariane 6, qui doit effectuer son premier vol en juillet 2020, vient d’achever ses essais de qualification.

« J’ai le plaisir de vous annoncer que nous venons de terminer les essais de qualification du moteur Vinci, après 148 tirs statiques, déclarait à la presse Alain Charmeau, le président exécutif d’ArianeGroup, à l’occasion de visites d’usines du groupe organisées le 18 octobre. Le Vinci, c’est LE moteur à ergols liquides innovant d’Ariane 6, qui équipera son étage supérieur et sera ré-allumable, ce qui lui permettra de s’adapter aux différentes demandes des clients, qui sont multiples aujourd’hui, notamment avec les constellations de satellites. Il reste encore quelques procédures administratives avant que la qualification du Vinci soit officiellement validée mais, en termes d’essais au banc, c’est terminé. Et c’est extrêmement rassurant de voir ces essais de développement effectués dans les temps, à peine trois ans après la signature du développement du programme avec l’Agence spatiale européenne. »

 

Plus de 14 heures de tests.

Le dernier essai du Vinci s’est en effet déroulé vendredi 12 octobre. Mené sur le site d’ArianeGroup implanté à Vernon (Eure), il comprenait deux allumages et a duré 957 secondes.

Cet essai conclut une campagne d’essais démarrée en mai 2016 sur le centre du DLR situé à Lampoldshausen (Allemagne).

Au total, 148 tirs au banc auront été effectués en trente mois, cumulant 52 156 secondes de fonctionnement.

Parmi eux, un essai de 300 secondes a permis une série de vingt allumages successifs, tandis qu’un autre a atteint une durée totale de 1 569 secondes .

 

Prochaines étapes.

En attendant le vol inaugural d’Ariane 6, le premier moteur Vinci de vol va être assemblé à Vernon au début de l’année 2019, avant d’être intégré à Brême à l’étage supérieur du premier modèle de vol d’Ariane 6.

La production des premières pièces des moteurs Vinci de vol a d’ailleurs déjà démarré. Dans les usines d’ArianeGroup, il s’agit des turbopompes à hydrogène (à Vernon), des chambres de combustion (à Ottobrunn, en Allemagne) et des divergents (au Haillan, près de Bordeaux). Par ailleurs, la turbopompe à oxygène est produite par Avio (Italie), les vannes sont fournies par Safran Aero Boosters (Belgique), et les turbines proviennent de chez GKN Aerospace (Royaume Uni).

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.