Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Transport spatial

Le SS-520-5, le plus petit lanceur orbital du monde

De g. à d. : Hiroto Habu (chef de projet Jaxa), Shinichi Nakasuka (Université de Tokyo) et Yoshifumi Inatani (Isas) brandissent une maquette du SS-520-5 après le vol réussi. © NVS

Samedi 3 février, le Japon a placé sur orbite basse un cubesat d'observation de la Terre avec un nanolanceur de 2,6 tonnes.

Le 14 janvier 2017, la Jaxa (agence spatiale japonaise) et l’Isas (Institut des sciences spatiales et astronautiques du Japon) avaient tenté un premier vol de leur nouveau nanolanceur, le SS-520-5. Mais, au bout de 20 secondes de vol, ils avaient perdu sa télémétrie et décidé d’interrompre la mission, qui s’est terminée en mer, à 160 km du pas de tir.

Un an plus tard, le deuxième essai a été le bon. Lancé le 3 février à 5 h 03 UTC depuis le centre Uchinoura (île de Kyushu), l’engin a placé sur orbite basse (187 × 2 012 km, inclinée de 30,9) un cubesat de 3 kg, Tricom 1R, construit par l’Université de Tokyo et dédié à l’observation de la Terre.

Le SS-520-5 est ainsi devenu lanceur à propergol solide le plus petit et le plus léger du monde, capable de placer des charges utiles de 4 kg sur des orbites de 180 × 1 500 km. Dérivé de la fusée-sonde à deux étages SS-520 (construite IHI par Aerospace), il pèse 2,6 t au décollage, pour 9,54 m de long et un diamètre de 52 cm.

A l’issue du vol du 3 février, intervenu 60 ans après le lancement du premier satellite américain, Explorer 1, les responsables ont brandi une maquette du SS-520-5, reprenant la posture de William Pickering, James van Allen et Wernher von Braun.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.