Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités Actualité lanceurs spatiaux Actualité lancement

Le Soyouz MS-03 érigé sur son pas de tir

Erection du lanceur. © Pierre-François Mouriaux/Air & Cosmos

Ce 14 novembre, la capsule MS-03 et son lanceur ont quitté leur hall d'assemblage final, pour être acheminés et érigés sur le pas de tir 1/5 du cosmodrome de Baïkonour (Kazakhstan), sous les yeux de nombreux spectateurs.

Le « roll out » du lanceur Sémiorka surmonté de la capsule MS-03 a débuté ce lundi, peu avant 7 heures, heure locale (2 heures à Paris). Malgré la pleine Lune, la nuit était alors totalement noire et la température avoisinait les -10°C. A peine ouverte la lourde porte du hall d'intégration MIK 112 (qui servit notamment à la navette Bourane en 1988), la locomotive tractant le lanceur (en position horizontale, les vingt tuyères rouge vers l'avant) et son système de levage s'est mise en marche, sous les flashes incessants d'une foule dense de journalistes, d'invités ou de membres de groupes de voyages organisés (dont des collègues de Thomas Pesquet, pilotes à Air France), retenus à bonne distance des rails par un cordon de militaires russes. Le convoi, qui entamait alors un parcours d'une demi-douzaine de kilomètres, a pu être suivi sur quelques centaines de mètres, parcourus au pas (4 à 5 km/h), jusqu'à ce chacun doive retourner vers les bus pour rejoindre un passage à niveau, distant de quelques kilomètres. Là, dans le soleil levant, l'arrivée du convoi a été guettée durant une petite heure, toujours sous étroite surveillance -les rares pièces de monnaies qui avaient été déposées sur les rails, comme cela a pu se faire durant de nombreuses années, ont notamment été balayées du pied, lors d'une inspection minutieuse effectuée après la fermeture de la barrière.

 

Attention, passage d'un train.

Le convoi est apparu une première fois dans la steppe kazakh un peu avant 9h30, avançant cette fois la tour d'éjection du Soyouz en avant, puis est allé disparaître quelques instants derrière un petit relief. A sa réapparition, le lanceur se trouvait de nouveau en marche arrière. Le spectacle, aussi visuel que sonore (entre les coups de klaxon des chauffeurs de la locomotive, le bruit du ballast et les grincements des réservoirs vides du lanceur), a duré quelques minutes. Puis le convoi s'est évanoui en direction du pas de tir 1/5 (celui d'où s'était élancé Gagaine en 1961), dont on apercevait les bras baissés en contrejour.

 

Une manœuvre de quelques minutes.

Récupérant leurs bus, les différents groupes se sont également rendus sur le pas de tir, après un rapide filtrage de sécurité, et se sont amassés derrière une barrière de sécurité, distante d'une vingtaine de mètres seulement du lanceur. Le temps pour les techniciens du cosmodrome de vérifier les attaches, le système de levage a été actionné, redressant en quelques minutes à peine le lanceur à la verticale, dans un ciel bleu éclatant. Enfin, deux bras du pas de tir sont venus rapidement enserrer le lanceur, dont le départ reste toujours prévu pour jeudi soir (17 novembre), à 21h20 heure de Paris (2h20 le lendemain, au Kazakhstan).

 

Plusieurs astronautes et la famille sur place.

« C'est fou comme cela paraît petit, surtout quand on compare à la navette », s'exclame l'astronaute Jean-François Clervoy (trois vols navette), présent sur place, tout comme Claudie Haigneré (un vol vers Mir et un vol vers l'ISS, le dernier d'un Français depuis Baïkonour, en 2001), Jean-Pierre Haigneré (deux vols vers Mir), le Belge Frank De Winne (directeur du centre européen des astronautes - deux vols vers l'ISS) et l'Italien Luca Parmitano (premier astronaute de la sélection de 2009 à avoir volé sur l'ISS, en 2013), escorte de la famille de Thomas Pesquet. Un peu plus loin, à l'écart de la foule, cette dernière répond aux questions des journalistes. Sa compagne, tout sourire, semble sereine, « mais certainement moins que Thomas. »

 

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.