Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Espace Actualité Systèmes Actualité Satellites

Le satellite de renseignement Ceres est sur les rails

Concept de satellite Ceres © CNES - DGA


C'est le bilan d'activités 2013 de la Direction générale de l'armement qui nous l'apprend : en fin d'année dernière, la DGA a attribué à Airbus Defence & Space et Thales un contrat global d'un montant indéterminé pour lancer "les travaux de conception, de production, de recette en orbite et d'utilisation du système Ceres" (capacité de renseignement électromagnétique spatial). Le lancement de la réalisation "est programmé pour 2015", précise la DGA.

 

Comme son nom l'indique, le système Ceres vise à doter les forces françaises d'une capacité opérationnelle de renseignement d'origine électromagnétique (ROEM) spatial, afin de pouvoir localiser et caractériser des radars ou des centres de communication situés hors de portée des autres capteurs français de ce type, comme par exemple les Transall Gabriel et les nacelles Astac emportées sur avions d'armes.

 

Ceres devrait être composé de trois satellites évoluant en formation et en orbite basse. Le développement du système sera assuré conjointement par Airbus DS et Thales. Selon l'actuelle loi de programmation militaire, la livraison des satellites est envisagée en 2020.

 

Parallèlelement, la DGA a qualifié l'an dernier la charge utile du système expérimental Elisa (Elint Satellite), composé de quatre petits satellites mis en orbite en décembre 2011 par un lanceur Soyouz. Doté d'environ 115 M€, ce programme visait précisément à affiner le cahier des charges de Ceres, avec des satellites spécialement équipés pour l'écoute et l'analyse des radars dans des longueurs d'onde supérieures au gigahertz. Ceux-ci sont actuellement en orbite et peuvent servir à recueillir du renseignement de niveau stratégique, en attendant Ceres.

 

L'expérimentation faisait suite au programme Essaim, une constellation de quatre micro-satellites lancés en décembre 2004 et qui avaient permis de tester avec succès une capacité de recueil des signaux discursifs (Comint) jusqu'à leur désorbitage en août 2010.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.