Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Transport spatial

Le mystérieux X-37B renvoyé dans l'espace par SpaceX

Patch de la mission © SpaceX

Hier, le Falcon 9 a réussi sa treizième mission de l'année, plaçant sur orbite le drone orbital X-37B de l'US Air Force. Par la même occasion, pour la seizième fois, le premier étage du lanceur de SpaceX a été récupéré.

Alors que les quatre premiers lancements du démonstrateur de mini-navette automatique de l'US Air Force avaient tous été assurés par des lanceurs Atlas 5 de United Launch Alliance (et depuis la base de Vandenberg, en Californie), contre toute attente, c'est SpaceX qui a arraché le contrat de la mission OTV 5 (Orbital Test Vehicle 5), annoncé en juin dernier.

Pour cette mission classifiée, seul un créneau de tir avait été préalablement annoncé (entre 13h50 et 18h55 UTC), et la retransmission en direct devait s'interrompre après la séparation des deux étages du lanceur et le retour au sol du premier. Le lancement, initialement prévu pour le mois d'août, était un peu pressé par la possible arrivée du cyclone Irma au large de la Floride. Profitant d'une météo finalement favorable (incertaine à 50% la veille), le 41e Falcon 9 s'est élancé le 7 septembre à 14 heures du pas de tir 39A de la base de Cap Kennedy, et le premier étage est revenu se poser comme à la parade sur la zone LZ 1, au terme d'un vol de 8 minutes et 15 secondes. C'est le seizième succès de ce type depuis janvier 2015. On s'en lasserait presque.

Top secret.

Boeing, le constructeur du X-37B (près de 5 tonnes au décollage), a confirmé la réussite de la mise à poste. Pour ce nouveau vol, c'est le second exemplaire de la mini-navette qui est utilisé et ce, pour la troisième fois depuis mars 2011. Le vol intervient seulement quatre mois après le précédent, démontrant la facilité de déploiement du système, qui cumule plus de 68 mois passés sur orbite. La position définitive de l'engin, les objectifs de sa mission et le détail de sa charge utile ne sont pas connus. On sait seulement que l'orbite présente certainement une inclinaison supérieure à celle des précédentes missions (63° visiblement, au lieu de 38°), et que sont embarqués l'expérience Asets II (Advanced Structurally Embedded Thermal Spreader II), notamment destinée à mesurer les oscillations d'un caloduc (dispositif de transfert de chaleur), et plusieurs nanosatellites.

C'était le treizième vol d'un Falcon 9 cette année, et la seconde fois qu'il embarquait du matériel de l'US Air Force, après le satellite de reconnaissance NROL 76, en mai dernier.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.