Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

Le H160 choisi comme base du futur HIL

Hexcel va fournir de nombreux éléments en matériaux composites destinées au H160. © Airbus Helicopters

On l'avait parfois évoqué. Le H160, le dernier né de la gamme Airbus Helicopters a donc été choisi comme base du futur Helicoptère Interarmées Léger (HIL). Jean Yves le Drian, ministre de la défense l'a annoncé à l'occasion d'une visite du site Airbus Helicopters à Marignane, le 3 mars 2017 : "J'ai décidé, lors du dernier comité ministériel d'investissement, de faire du H160 la base du futur hélicoptère léger interarmées, le HIL."

Avec le programme HIL, les armées françaises vont remplacer par une plateforme unique les différents hélicoptères légers (mais pas seulement) aujourd'hui en service dans les forces : Fennec et Puma pour l'armée de l'Air, Gazelle et Fennec pour l'armée de Terre, Panther et Alouette III pour l'Aéronautique navale. Soit des besoins à l'origine assez différents. L'objectif est bien sûr de rationaliser les coûts : un achat groupé, une maintenance et de la formation mutualisées.

Air & Cosmos faisait la semaine dernière un point sur le programme H160. Deux prototypes sont opérationnels pour l'heure et un troisième est en cours de montage. Selon Airbus Helicopters, le programme est dans les clous pour une entrée en service de l'appareil (dans sa version civile) en 2019. Airbus Helicopters espère engranger ses premiers contrats civils cette année.

La semaine dernière, les responsables du programme H160 expliquaient à Air & Cosmos que le développement de la version militaire débuterait avec un premier client. Le ministère de la défense français devrait donc être ce premier utilisateur. Un certain nombre d'éléments inhérents à la militarisation de l'appareil ont été pris en compte dés la phase de conception de l'appareil. La solidité du train a par exemple été étudiée en vue d'un appontage sur un navire ou sur terrain accidenté. En vue d'une éventuelle navalisation, les problèmes de corrosion ont également été pris en compte.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. DIDIER LEGRANDJACQUES
    le 03/03/17 à 03h10

    Enfin.... depuis le temps que cette excellent nouvelle était attendue ! - J'ai noté avec soulagement que certains soucis étaient pris en compte dès la conception comme ceux de l'érosion - J’espère que dans la même veine de cette anticipation, ceux liés a la protection des turbines contre le sable, véritable tueur de turbine, ont été pris en compte - C'est un problème a régler de première importance vu les théâtres d'opex ou ces appareils devront évoluer - Les retex à de sujet sont sans ambiguïté - Les CH47 et Apache néerlandais ne viennent -ils pas d’être retirés de l'assistance a Barkhane pour cause d'usure prématurée des moteurs due au sable !


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.