Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Applications Actualité Espace Actualité Satellites Actualité Sciences

Le Cnes sur tous les fronts

Vue d'artiste du satellite franco-chinois CFOSat © CNES

Le Cnes poursuit sa stratégie autour de l'innovation, des applications et du numérique. Il se prépare en particulier à trois lancements d'importance en 2018.

L'espace est désormais partout et le Cnes, qui a adopté le slogan « L'espace en tête » pour désigner la nouvelle année, entend continuer à se situer au centre du jeu, déclare son président Jean-Yves Le Gall, lors de ses vœux à la presse le 16 janvier.

Trois missions majeures concerneront l'agence spatiale française en 2018. Le 5 mai tout d'abord, la mission franco-américaine InSight sera lancée vers Mars, pour un atterrissage le 26 novembre. Elle embarquera notamment le sismomètre français Seis pour « écouter le cœur » de la planète rouge.

Le 25 septembre ensuite, ce sera la mise à poste de l'observatoire CFOSat, développé avec la Chine, qui observera les vagues et le vent grâce aux instruments Swim (fourni par la France) et Scat (chinois).

Enfin, expédiée en octobre à l'aide d'une Ariane 5 depuis la Guyane, la sonde européano-japonaise BepiColombo entamera un voyage de sept ans pour aller étudier au plus près la planète Mercure avec des expériences majoritairement françaises, issues de 12 laboratoires français.

 

Poursuite de nombreux programmes.

Mais l'année sera aussi consacrée à la poursuite de nombreux travaux initiés par le Cnes (dont le budget a augmenté de 4,6 %), avec de multiples coopérations avec la plupart des puissances spatiales internationales et à la pointe de la recherche. Citons les changements climatiques avec les programmes MicroCarb et Merlin, l'étude de l'atmosphère (avec le projet Taranis), l'exploration interplanétaire avec les missions ExoMars (vers Mars), MMX (Phobos) ou Juice (Jupiter), les satellites de télécommunications (avec la confirmation que la propulsion électrique s'impose) et de défense (en particulier CSO), le moteur réutilisable désormais européanisé Prometheus et le démonstrateur de lanceur à bas coût Callisto (avec la contribution du DLR allemand et de la Jaxa, l'agence spatiale japonaise), ou encore les travaux d'aménagement du pas de tir ELA 4 en Guyane, qui doit accueillir le futur lanceur lourd européen Ariane 6 à la mi-2020.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.