Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Avions commerciaux Actualité Constructeurs Actualité Industrie

Le Canada donne un coup de pouce supplémentaire à Bombardier

Le CSeries FTV-1, aperçu ici lors d'un essai à Wichita aux Etats-Unis © Bombardier

Après le gouvernement du Québec, c'est au tour du gouvernement fédéral canadien de donner un coup de pouce au constructeur Bombardier. Ce dernier recevra donc une aide supplémentaire d'un peu plus de 372 M$ sous la forme d'avances remboursables. Versée sur une période de quatre ans, cette somme "permettra de financer les activités de recherche et développement liées à l'avion d'affaires à réaction Global 7000 ainsi que les activités continues menées pour la mise au point des appareils de la CSeries de Bombardier".

Ce n'est pas la première fois que le gouvernement canadien alloue des avances remboursables au programme CSeries. Une première contribution remboursable de 350 M$ avait été versée en mai 2005. En octobre 2016, le gouvernement fédéral avait annoncé un investissement "pouvant atteindre 54 M$ au titre du programme de démonstration de technologies pour appuyer un consortium dirigé par Bombardier. Le consortium mettra au point des systèmes électriques de pointe et des systèmes aérodynamiques avancés pour rendre les avions du futur" plus économes en carburant et plus silencieux.

Ce nouveau soutien est un ballon d'oxygène appréciable pour Bombardier qui avait bénéficié en octobre 2015 d'une aide du gouvernement québécois pour un montant de 1 Md$ par le biais d'une co-entreprise qui gèrera uniquement le programme CSeries. Bombardier n'avait plus les moyens financiers de soutenir un programme qui accumulait les retards depuis le lancement de son programme d'essais.

Le constructeur avait été contraint de "nettoyer" son bilan en provisionnant une charge pour dépréciation d'actifs pour un montant de 4,9 Md$ canadiens, soit 4,5 Md€, dont 3,7 Md$ canadiens pour le seul CSeries. Le Québec n'avait pas le choix : l'activité aéronautique de la "Belle Province" fait travailler 18 000 personnes, fournisseurs et sous-traitants inclus. Et de manière plus globale, la filière aéronautique canadienne emploie directement et indirectement 211 000 personnes avec des salaires générateurs de dépenses dans toute l'économie canadienne (immobilier, restauration, automobile, textile,...). Le Canada n'avait donc pas le choix.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.