Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

Le Canada acquiert 18 F-18 comme solution intérimaire

Le choix du F-35 pour remplacer le CF-18 est contesté. © RCAF

On savait l'annonce imminente (relire notre article ici), le choix a été tranché hier 22 novembre. Ottawa va relancer une compétition ouverte pour le remplacement de sa flotte vieillissante de 77 CF-18. En attendant, le gouvernement canadien a décidé de faire l'acquisition de 18 F/A-18 Super Hornet comme solution intermédiaire afin de parer au plus urgent. Le ministre de la défense canadienne Harjit Sajjan a exposé sa décision et sa volonté de lancer une procédure d’acquisition « ouverte et transparente ». Le Canada, a t-il continué, « est actuellement incapable d'assurer ses engagement dans le NORAD et l'OTAN » (la défense nord du continent américain).

 

C'est pourquoi le gouvernement a décidé d'entrer en négociations « immédiatement » avec Boeing afin d'acquérir 18 F/A-18E/F Super Hornet, une solution jugée « nécessaire ». Ces appareils étant une solution intérimaire en attendant la solution définitive. 18 appareils étant insuffisants, l'armée de l'air va allonger la vie de sa flotte de CF-18 jusqu'en 2020.

 

Pas de réelle remise en cause donc de l'implication d'Ottawa dans le programme F-35 qui pourra candidater à l'appel d'offres. Ainsi, la promesse de campagne de Justin Trudeau de quitter le programme JSF n'est-elle que très partiellement remplie. En attendant, le Canada marque un pas vers son voisin américain en faisant l'acquisition de F-18, et ne fait que repousser le problème. C'est un signe donc mitigé envers de potentiels candidats européens (Gripen, Eurofighter et Rafale). Reste à savoir quels industriels, outre Lockheed Martin, vont se lancer dans une campagne longue et coûteuse pour un résultat qui demeure incertain et potentiellement partial.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Simon Perrault
    le 24/11/16 à 03h36

    Le F-35 sera l'un des candidats pour le renouvellement de nos CF-18. Mais cela ne signifie pas que les candidats européens (Gripen, Eurofighter et Rafale) soient écartés. Au Ministère de la défense les décideurs savent très bien que les aéronefs européens sont parfaitement interopérables pour les opérations de l'Otan et du Norad. Et pour mémoire je vous rappelle qu'il ne s'est pas tenu un appel d'offre officiel pour choisir un remplacent au CF-18. Le gouvernement libéral du premier ministre Jean Chrétien (4 novembre 1993 au 12 décembre 2003) a accepté dès la fin des années 1990 de participer au développement du chasseur F-35, en conjonction avec huit autres pays, dont les États-Unis. "Un second protocole a été signé en 2002, là encore sans obligation d'achat. La donne change sous les conservateurs. Comme l'explique le rapport du vérificateur général Michael Ferguson, la Défense signe un nouveau protocole en décembre 2006 dans lequel elle prend des engagements qui affectent le futur processus d'acquisition, et ce, sans en aviser Travaux publics" référence "Le dossier des F-35 - Vol à vue ! Le gouvernement louvoie selon le sens du vent pour justifier l'achat des chasseurs de Lockheed Martin" 14 avril 2012 |Manon Cornellier |http://www.ledevoir.com/politique/canada/347393/le-dossier-des-f-35-vol-a-vue


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.