Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #55 : le lac Frome

Le lac Frome, dans l’est de l’Australie méridionale, vu depuis l’ISS. © Twitter/@Thom_astro - ESA/NASA

Depuis son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet réalise de splendides clichés de la Terre, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux. Ici, le lac Frome en Australie.

Le 12 février 2017, Thomas Pesquet a posté cette vue du lac Frome en Australie, avec le commentaire suivant : « Aucune idée de ce que j'ai bien pu photographier cette fois-ci, mais c'est impressionnant ! Sans compter qu’avec un diamètre pareil, ça doit faire dans les 100 km au moins... Vous avez une idée...? ».

L’image a été prise depuis l’ISS le 21 janvier dernier, à l’aide d’un Nikon D4 équipé d’un téléobjectif à 240 mm de focale. Le Nord est à 7 heures. Nous sommes au-dessus du lac Frome, dans l’est de l’Australie méridionale, à environ 750 km au nord de la capitale d’Etat Adélaïde, dans une région désertique, aux précipitations faibles. Nous sommes en terres Adnyamathanha, un peuple aborigène.

Il s’agit donc d’un lac, le lac Frome (qui tient son nom du général britannique Edward Charles Frome, qui cartographia la région en 1843). Il se situe dans un parc naturel régional, à l’est du Ikara-Flinders Ranges National Park. C’est un lac salé et endoréique, c’est-à-dire que son bassin versant est totalement clos et que toutes les eaux collectées par ce bassin versant sont prises au piège et ne peuvent s’échapper que par évaporation ou infiltration dans le sol. Pour l’essentiel, ce lac se trouve sous le niveau de la mer et sa superficie est proche de 2 600 km2. Comme le pense Thomas Pesquet, il mesure environ 100 km de long pour 40 km de large.

C’est un lac qui s’assèche et se remplit régulièrement selon les saisons et le rythme des pluies, même s’il n’est jamais plein. Ce sont les eaux très vite saumâtres de petits ruisseaux alentours qui ruissellent et l’alimentent. Sur le cliché, la végétation n’existe pas et les zones rosées et blanchâtres sont salées. Plus elles sont blanches, plus elles sont recouvertes de sel qui a précipité lors de l’évaporation récente. Lors des basses eaux, les petites îles (une vingtaine en tout) se parent de bordures grisâtres laissant apparaître limons et sels entremêlés. La photographie a été prise durant  l’été austral et les eaux du lacs apparaissent bordeaux. Les parties les plus profondes se situent dans le haut et à gauche de la photographie.

Pour les Aborigènes, le lac Frome a une histoire intimement liée à la géologie et aux espèces vivantes de la région. Ainsi, selon la légende, le lac aurait été vidé de ses eaux par le Serpent Arc-en-ciel Akurra qui osa descendre des collines par la petite rivière Arkaroola Creek (qui aliment le lac) pour s’y abreuver. En raison de cette croyance, les Adnyamathanha ne s'aventurent pas sur le lac Frome...

Retrouvez l’image sur Google Maps !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, président de la commission de Planétologie de la Société astronomique de France.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.