Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #46 : le Méchouar de Casablanca

Casablanca et le Méchouar de Casablanca, depuis l’ISS. © Twitter/@Thom_astro - ESA/NASA

Depuis son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet réalise de splendides clichés de la Terre, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux. Ici, Casablanca, au Maroc.

Le 7 mars 2017, Thomas Pesquet a posté cette vue de Casablanca, avec le commentaire suivant : « Bonjour Casablanca ! La ville est reconnaissable, entre autres, à sa grande mosquée juste au bord de la mer».

L’image a été prise depuis l’ISS le 6 février dernier, à l’aide d’un Nikon D4 équipé d’un téléobjectif de 1 150 mm. Le Nord est vers 11 heures. Nous sommes au-dessus de Casablanca, au Maroc.

Casablanca est une ville située sur la façade Atlantique du Maroc. Au centre-ouest du pays, c’est la capitale économique et la plus grande ville du Maroc (la seconde métropole du Maghreb en population avec plus de 4 millions d’habitants). Avec un climat méditerranéen à forte tendance océanique, la ville est très agréable. Sa localisation lui confère des hivers doux et relativement humides, ainsi que des étés modérément chauds mais sans précipitations. Pendant l'hiver, le gel est très rare et durant l’été, les températures sont généralement agréables lorsque le vent souffle de la mer. Cependant, lors des épisodes de vent de terre (équivalent du Sirocco), la ville peut enregistrer des températures caniculaires pendant quelques jours et la température peut monter à 40°C. Casablanca se situe sur la plaine de la Chaouia, une région agricole.

Thomas Pesquet nous offre une vue splendide et rapprochée de la ville et du Méchouar de Casablanca, c’est-à-dire de la cité royale de la ville, située à 2 km au sud du port de commerce. Le Méchouar de Casablanca est une petite commune d’environ 4 000 habitants, enclavée dans Casablanca. La netteté du cliché permet de retrouver facilement les grands quartiers de la ville, ses principales artères, mais aussi quelques monuments et points d’intérêts particuliers.

Partons du haut gauche de la photographie, avec le promontoire de El Hank qui pointe vers l’océan. On y retrouve sans problème le phare de El Hank, sur le rivage est. En suivant la côte et la petite baie d’1 km de diamètre environ, on trouve très facilement la grande et belle Mosquée Hassan II sur le front de mer. Ouverte en 1993, elle peut accueillir 25 000 personnes. Son immense esplanade (qui peut accueillir 80 000 personnes) est très bien visible, mais c’est surtout son minaret de 200 m de haut et l’ombre de son minaret que l’on observe stupéfait ! Juste devant la Mosquée, on identifie rapidement l’énorme toit de la Foire Internationale de Casablanca et son parking juste en face. En poursuivant vers l’est, et juste avant le port de Commerce, entre le boulevard Sidi Mohamed Ben Abdellah et le front de mer, se dresse un complexe très compact d’immeubles d’affaires et d’habitations dont les ombres portées trahissent la hauteur.

Revenons un instant au sud du promontoire de El Hank et vous y retrouverez une tache ovale verte : c’est le vélodrome de Casablanca, également nommé vélodrome d'Anfa. Il date de 1920 et accueille en son centre un terrain de golf. Juste à 500 m à sa droite, un oval plus petit nous indique la présence du Stade Mohammed V construit en 1955 et pouvant accueillir 67 000 personnes.

Poursuivons avec le port de Commerce protégé par une digue d’environ 2 km de long. Sur ses nombreux quais de chargement, on y observe des hangars et des conteneurs alignés. Quelques cargos semblent y être amarrés… Enfin, tout en haut au centre du cliché (plus à l’est), le front de mer, ses enrochements protecteurs puis la plage de Ain Seeba.

Pour finir, nous pouvons également identifier tous les grands quartiers de la ville comme Anfa, Cil, Maarif, Fida, Al Fida, La Bourgogne, La Gironde, Derb Omar, Hay Mohammadi, Les Roches Noires et Ain Sbaa. Dans le sud-est, un grand rectangle vert nous indique la présence d’un parc connu : le Jardin Alesco.

Retrouvez l’image sur Google Maps !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, président de la commission de Planétologie de la Société astronomique de France.

 

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.