Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Vols habités

La Terre dans l’oeil de Thomas Pesquet #45 : l’Etna

L’Etna, vu depuis l’ISS. © Twitter/@Thom_astro - ESA/NASA

Depuis son arrivée à bord de la Station spatiale internationale, le 17 novembre dernier, Thomas Pesquet réalise de splendides clichés de la Terre, qu’il diffuse sur les réseaux sociaux. Ici, le volcan sicilien, l’Etna.

Le 8 mars 2017, Thomas Pesquet a posté cette vue en Sicile de l’Etna, avec le commentaire suivant : « L’Etna est en éruption ces jours-ci ! Pas le moment d’emprunter la petite route qu’on voit serpenter à gauche…».

L’image a été prise depuis l’ISS le 3 mars dernier, à l’aide d’un Nikon D4 équipé d’un téléobjectif de 1 150 mm. Le Nord est presque à 3 heures. Nous sommes au-dessus de l’Etna, dans le nord-est de la Sicile.

La photographie de Thomas Pesquet est exceptionnelle : l’Etna sous la neige et en pleine éruption. Assurément, l’image n’est pas commune, même si le volcan italien est l’un des plus actifs au monde : il est entré rien qu’au 20e siècle, environ 100 fois en éruption !

L’Etna se situe donc en Sicile, au nord nord-ouest et à près de 30 km de Catane, la deuxième ville la plus peuplée de l’île (après Palerme). Il forme une montagne massive et conique couvrant une superficie de 1 200 km2 et culmine à 3 330 mètres d'altitude, ce qui en fait le plus haut volcan actif d'Europe. Il est entouré par la mer Ionienne à l'est, Catane et sa plaine au sud, le parc naturel Nébrodes ainsi que les monts du même nom à l'ouest et au nord.

Sa forte activité éruptive, ses coulées de lave très fluides et sa proximité de zones habitées ont décidé les volcanologues à l'inclure dans la liste des volcans de la décennie. Il fait l’objet de suivis permanents, grâce à un réseau de détecteurs automatiques mais aussi par des experts qui scrutent son activité. Ses pentes relativement raides sont oblitérées par plusieurs bouches éruptives que l’on peut repérer sur le cliché de Thomas Pesquet même si elles se trouvent sous la neige. On y trouve également plusieurs caldeiras dont la plus grande est la vallée du Bœuf (en forme de fer à cheval et ouverte sur le flanc Est) de 5 km de largeur pour 10 km de longueur. En bas de la pente du volcan se trouvent des vergers plantés de citronniers et d’orangers, qui laissent ensuite la place à une forêt et des genêts à partir de 800 m et jusqu'à 1 500 m, une altitude à partir de laquelle la végétation se fait plus rare jusqu'à devenir absente. Les pentes sont alors totalement dénudées et deviennent uniquement minérale.

Comme le souligne Thomas Pesquet, on observe serpenter en bas à gauche de la photographie, la route Strada Provinciale 92 et la via Catania. En bas à droite, c’est la route Strada Regionale Mareneve et la via Mareneve que l’on repère aisément. Toutes ces routes conduisent sur la façade est de la Sicile, vers la ville de Giarre, la Méditerranée et la mer Ionienne.

Enfin, le panache de fumée qui s’élève du volcan donne une touche originale au cliché...

Retrouvez l’image sur Google Maps !

 

Gilles Dawidowicz est géographe, président de la commission de Planétologie de la Société astronomique de France.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.