Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

La Suède se retire du marché de remplacement des F-16 belges

La Belgique a pris ce lundi la relève de l'Espagne pour la défense de l'espace aérien balte. © FAB

L'agence étatique suédoise Swedish Defence Material Administration (FMV) qui proposait le chasseur Saab JAS-39 E Gripen pour la succession des chasseurs-bombardiers F-16 belges a annoncé lundi renoncer à concourir pour ce marché de 3,573 milliards d'euros. Selon l’agence, le partenariat souhaité par le gouvernement belge exigerait de la Suède « un mandat de politique étrangère et politique qui n'existe pas aujourd'hui ».

La Suède devient ainsi, après Boeing, le deuxième candidat au marché de remplacement des F-16 par 34 appareils de nouvelle génération à renoncer à répondre à l’appel d’offres (Request for Governmental Proposal) lancé en mars dernier par la Belgique. Un appel d’offres qui n’a fait que confirmer les difficultés qu’auraient eu les deux challengers à répondre aux attentes de la Belgique. Malgré des récentes commandes, Boeing aurait eu le plus grand mal à maintenir ses chaines du production du F-18 en activité jusque 2025, date de livraison des premiers appareils à la Belgique.

Quant à la Suède, elle proposait certes l’appareil le moins cher mais l’appel d’offres ne donnait que peu de place à ce critère puisqu’un montant a été réservé et que le nombre d’appareils a été précisé. La solution Suédoise semblait en outre un peu légère pour une Force aérienne belge qui fait des opérations extérieures une de ses priorités. Enfin, la Suède n'était pas prête à accepter que ses appareils emportent des charges nucléaires, tel que requis par l'appel d'offres belges (en option), car le gouvernement suédois est opposé à ce type d'armement. 

Le marché se jouera donc entre les trois agences restant en lice : le Joint Program Office (JPO) pour le F-35 Lightning II de Lockheed Martin, la Direction générale de l'Armement (DGA, dépendant du ministère français de la Défense) pour le Rafale F3R de Dassault et le ministère britannique de la Défense (MoD) pour l'Eurofighter Typhoon.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. MAHON JEAN-CLAUDE
    le 12/07/17 à 04h20

    "la Suède n'était pas prête à accepter que ses appareils emportent des charges nucléaires, tel que requis par l'appel d'offres belges" c'est comme si j'achète une voiture chez un constructeur et que je n'ai pas le droit d'y faire monter mon chien. Bref, j'ai fait un petit calcul avec des chiffres de 2014. La Belgique veut 34 remplaçants du F16 et met sur la table 3,573 milliards au prix du F35 vendu à la Corée du sud de 0,1768 Md d'€ pièce elle ne peut s'en payé que 21 ? Voire moins parce que les prix risquent de monter rapidement. Même en prenant le Rafale au prix de 0,1286 Md pièce, elle n'en aurait pas 34 ! Peut être en vendant quelques kilos de frites supplémentaires...elle va y arriver. Je plaisante, j'aime bien les belges. (source : http://supersonique.blogs.challenges.fr/archive/2014/09/25/le-f-35-plus-cher-que-le-rafale.html)


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.