Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Sciences

La sonde New Horizons dévoile l’astéroïde Ultima Thulé

Un astéroïde formé de deux sphères. © NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute

Chaque semaine, une photo qui a fait l’actualité ou retenu notre attention. Le jour de l'An, la sonde américaine New Horizons a survolé le plus lointain corps planétaire jamais exploré.

C'est une nouvelle image spatiale étonnante qui nous arrive pour commencer l'année spatiale 2019, en provenance de la sonde américaine New Horizons (NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute).

L'engin a une fois encore réalisé un exploit et battu un record, après avoir rapidement survolé Pluton et ses lunes, le 14 juillet 2015. Tout aussi rapidement (à la vitesse prodigieuse de 14 km/s) mais cette fois à plus de 6,5 milliards de kilomètres de la Terre, il survole un objet de la ceinture de Kuiper, l'astéroïde 2014 MU69, surnommé Ultima Thulé. Sa forme est très particulière et évoque, c'est de saison, un bonhomme de neige.

 

Un premier cliché stupéfiant.

À 3 500 km de distance, la sonde a pris près de 900 photographies qui seront transmises à la Terre progressivement (durant deux ans). Mais le premier cliché reçu est stupéfiant. Ultima Thulé est vue à 28 000 km de distance environ 30 minutes avant la phase au plus près, et se révèle être un corps planétaire constitué de deux lobes sphériques, glacés et collés l'un à l'autre.

Cet objet « transneptunien » qui mesure 33 km est en réalité rougeâtre, ne possèderait pas d'atmosphère ni de satellite. Sur ce premier cliché dont la résolution est de 140 m par pixel, on devine quelques cratères d'impact dont certains sont importants et peut-être des stries sur les pentes intérieures du plus grand comme il en existe sur Phobos, le satellite de Mars.

On devine également une sorte de ciment entre les deux lobes collés, vraisemblablement issu d'un choc à très faible vitesse.

Personne ne sait encore si 2014 MU69 est une comète en devenir, mais nous attendons avec impatience la réception des images à haute résolution...

 

Gilles Dawidowicz est géographe, secrétaire général de la Société Astronomique de France

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.