Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

La France propose à la Belgique de monter à bord du futur chasseur européen

La Belgique peut prendre en considération la proposition française pour le remplacement des F-16. © Composante Air Belgique

Une délégation française (du cabinet de la Ministre Florence Parly) s’est rendue à Bruxelles ce mardi en vue d’apporter au Ministère belge de Défense des précisions quant à la proposition française de partenariat stratégique entre les deux états dans le cadre du remplacement de la flotte actuelle de F-16 belges. Si les enjeux économiques – quelque 20 milliards de retombées – ont déjà été largement détaillés, ce sont les enjeux stratégiques et opérationnels qui ont été cette fois évoqués.

La France propose ainsi à la Belgique de la doter d’un certain nombre de Rafales dans sa version Marine et ainsi lui permettre d’opérer depuis le porte-avion Charles-de-Gaule. Une proposition qui prend tout son sens quand on sait que le porte-avion français a été déployé sur quasiment tous les théâtres d’opération où la France et la Belgique ont opéré ces dernières années. La capacité de déploiement de la Belgique s’en trouverait ainsi décuplée. La France propose aussi une mutualisation opérationnelle la plus large possible entre la France et la Belgique, en opération mais aussi pour les entrainements, la formation, le partage de l’espace aérien…

Quant à l’avenir, la France a proposé à la Belgique de l’intégrer à la fois dans les évolutions du Rafale et dans le développement du Système de combat aérien du futur (SCAF) et de l’appareil qui y sera lié. Une proposition inédite dans la mesure où la Belgique serait sinon le seul, le premier pays impliqué dans cette initiative portée par la France et l’Allemagne. Les émissaires français ont ainsi précisé que la Belgique pourrait, dans un premier temps, être l’unique partenaire européen pour décider des évolutions futures du Rafale. L’actuel standard F3R du Rafale va en effet évoluer vers le standard F4 à l’horizon 2024 et il est encore temps pour la Belgique de participer à cette évolution quand les autres programmes concurrents (Eurofighter et F-35) sont plutôt verrouillés. Un Rafale qui va aussi se développer au sein du SCAF dont la France pilotera vraisemblablement l’avion de combat de sixième génération. La Belgique pourrait être également impliquée dans ce programme à long terme.

Demandée par le Premier ministre belge, cette rencontre a reçu un accueil assez frais de la part d’un Ministère de la Défense qui s’accroche au respect de la procédure en cours à laquelle la France n’a pas répondu  privilégiant un partenariat stratégique plus large. La Défense belge espère toujours une décision finale avant le sommet de l'Otan des 11 et 12 juillet prochains, mais suite aux rebondissements de ces dernières semaines et en l’absence de communauté de vue entre les différents partenaires de la coalition gouvernementale sur ce dossier, ce timing semble fort optimiste.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.