Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Sciences

La France et la Chine poursuivent leur coopération spatiale jusqu’à la Lune

Vue d’artiste d’un atterrisseur lunaire chinois © Visual China

Des expériences françaises seront intégrées à bord de la deuxième mission chinoise de récolte d’échantillons lunaires, en 2023-2024.

A l’occasion de la visite d’État en France du président chinois Xi Jinping et de sa réception à l’Élysée par Emmanuel Macron, un accord a été signé le 25 mars entre Jean-Yves Le Gall, président du Cnes, et Zhang Jianhua, vice-administrateur de l’Agence spatiale chinoise (CNSA).

Cet accord vise à poursuivre la coopération spatiale entre les deux pays, qui s’est notamment illustrée avec le lancement le 29 octobre dernier du satellite conjoint CFOSat, dédié à l’étude des océans, et dont les premiers résultats ont été présentés au siège du Cnes plus tôt dans l’après-midi du 25 mars (ils seront mis à la disposition de la communauté scientifique internationale à partir du mois de mai prochain).

Neuf axes de coopération avaient été proposés à Pékin par Jean-Yves Le Gall le 10 décembre suivant.

 

Le climat et la Lune.

L’accord du 25 mars concerne deux grands sujets : la lutte contre le changement climatique et l’exploration interplanétaire.

Le premier thème sera au centre de la prochaine mission conjointe d’observation de la Terre, axée sur la salinité des océans et l’humidité des sols, tandis que se poursuit le déploiement l’Observatoire spatial du climat, initié par le Cnes fin 2017, avec le soutien notamment de la Chine.

Concernant le second volet de l’accord, il prévoit que des expériences françaises soient intégrées à bord de la deuxième mission chinoise de récolte d’échantillons lunaires, Chang’e 6, en 2023-2024.

Chang'e 5, la première mission de retour d'échantillons chinoise (et la première depuis la sonde soviétique Luna 24 en août 1976), est actuellement prévue pour le mois de décembre prochain. Elle sera lancée par la puissante Longue Marche 5, qui doit reprendre du service en juillet prochain, après deux ans d’immobilisation.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.