Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Espace Actualité Technologies

La foreuse d'ExoMars 2020 qualifiée

Essai de forage © Leonardo

Après 4 mois de tests, l'instrument développé par Leonardo pour équiper le rover de la prochaine mission européano-russe vers la planète Mars a été jugé apte. Lancement prévu dans 2,5 ans.

Lancée en juillet 2020 à l’aide d’une fusée Proton russe, la mission ExoMars 2020 (pilotée par Thales Alenia Space) doit déposer sur Mars, en mars 2021, une plateforme bardée d’instruments scientifiques européens et russes, ainsi qu’un rover européen de 310 kg.

Le rover (construit par Airbus Defence and Space au Royaume Uni) doit arpenter le bassin équatorial Oxia Planum de la planète rouge durant 8 mois. Il sera équipé de 9 instruments scientifiques dédiés à l’étude du sol, dont une foreuse. Celle-ci développe une puissance de seulement 80 W (1/5e de la puissance d’une perceuse du commerce), et est équipée d’une mèche en PCD (diamant polycristallin), matériau synthétique extrêmement résistant à l’usure par abrasion.

 

A la recherche de la vie.

La foreuse d’ExoMars 2020 pourra effectuer des trous de 25 mm de diamètre, et prélever des échantillons jusqu’à 2 m de profondeur. L’espoir est de déceler des traces de vie à cette profondeur, où les effets destructeurs des rayonnements cosmiques et des oxydants sur d’éventuels composés organiques devraient avoir disparu.

Après avoir été développée par Leonardo dans son usine de Nervian, près de Milan, la foreuse a été testée durant 4 mois dans une chambre simulant l'environnement et le sol martiens, installés au Centre d'études et d'activités spatiales Giuseppe Colombo de l’Université de Padoue ; les températures y varient de -100° à +35° C, et la pression de l’atmosphère, chargée en dioxyde de carbone, est comprise entre 5 et 10 millibars.

Engagée en mai 2012 par l’entreprise d’Etat russe Roscosmos et l’Agence spatiale européenne (avec ExoMars 2016), la mission ExoMars 2020 visait initialement la fenêtre martienne de 2018. Mais, en mai 2016, devant le retard pris par les équipes, elle a dû être reportée à la fenêtre suivante. Ses préparatifs impliquent plus de 130 entreprises à travers l’Europe.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.