Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Industrie

La filière aérospatiale française se porte toujours bien

La progression des exportations militaires a tout juste compensé le recul des livraisons aux Armées françaises. © DASSAULT AVIATION

Le chiffre d'affaires global des entreprises de la filière aérospatiale française a pour la première fois franchi le cap symbolique des 60 Md€ en 2016. Une progression de 4,1 % à périmètre constant par rapport à 2015, année durant laquelle le chiffre d'affaires avait enregistré un bond de près de 15 %. La filière continue de profiter des retombées des fortes prises de commandes engrangées depuis 2013.

Ces dernières continuent d'ailleurs d'être supérieures à 70 Md€ malgré une baisse de régime (-6,6 %). Les prises de commandes se sont en effet élevées à 73,1 Md€ en 2016 contre 78,3 Md€, l'année précédente. "Il y a des routines agréables", commente Marwan Lahoud, président du Gifas (Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales).

L'exportation continue de tirer les ventes, représentant 77 % du total en 2016. "La filière aérospatiale française reste bien le premier solde excédentaire de la balance commerciale française même s'il y a un recul par rapport à 2015", souligne le président du Gifas qui rappelle que les résultats de 2016 sont aussi marqués "par le troisième contrat Rafale à l'export".

Pour autant, derrière ces bons chiffres se trouve une "réalité plus contrastée". La bonne tenue des livraisons sur le segment de l'aviation commerciale contraste en effet avec "les difficultés de l'aviation d'affaires qui n'a pas retrouvé son niveau pré-crise de 2008, et avec le segment des hélicoptères lourds affectés par la chute du marché Oil & Gas". Du coup, certaines PME très exposées à ces deux marchés se retrouvent en difficulté. "Entre 20 % et 25 % d'entre elles sont en déficit", souligne Patrick Daher, président du Groupe des équipements aéronautiques et de défense du Gifas.

Le Gifas, d'ailleurs, "se mobilise pour les aider" et "prépare un programme pour les aider à se consolider et à se diversifier", précise Patrick Daher. "Nous travaillons à la mise en place d'un dispositif pour se diversifier dans le militaire et le secteur médical", ajoute de son côté Bertrand Lucereau, président du Comité Aero-PME du Gifas, et qui poursuit : "ces entreprises sont trop petites. Elles sont trop petites, elles ont besoin de se muscler, de se consolider".

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.