Logo Air & Cosmos

1er site francophone d'actualité aéronautique et spatiale

Actualité Défense

La Chine capable de détecter le F-22 ?

Si la Chine a effectivement detecté un F-22, celui-ci devait venir d'Okinawa. © USAF

Dans la nuit du 10 février dernier, les forces aériennes chinoises de l’Air Defense Identification Zone (ADIZ) de la mer de Chine Orientale ont été mises en alerte suite à la présence d’un objet volant suspect. Le rapport publié le 11 février par l’Armée Populaire de Libération (APL) qui mentionne l’évènement ne donne aucune précision sur l’appareil.

Des médias chinois ont rapidement relayé l’information en évoquant la possibilité que l’appareil détecté soit un F-22 Raptor, appareil de combat furtif de l’U.S. Air Force.  Le contre-amiral Yin Zhuo de la marine chinoise à réagit en déclarant au site d’information en ligne Asia Today que si il s'agit effectivement d'un F-22 qui a été détecté à proximité de l’ADIZ, c'est alors une excellente opportunité pour l’armée chinoise de développer sa capacité à détecter, identifier et intercepter des avions furtifs.

Selon le contre-amiral Yin Zhuo, la furtivité du F-22 n’est pas absolue et des radars à hautes fréquences pourraient le détecter. La zone Orientale de la mer de Chine est couverte par des avions de guêt et de contrôle avancé KJ-2000 et KJ-500 qui, toujours selon le contre-amiral Yin Zhuo, sont équipés pour détecter des avions furtifs.

L’ADIZ en question est source de tension entre le Japon et la Chine. C’est là que se trouvent entre autres les îles Senkaku. En temps normal, quelques F-22 sont stationnés sur l’île d’Okinawa, située à environ 200 kilomètres de l’ADIZ, laquelle est revendiquée par la Chine.

Mercredi dernier, Washington a déployé 4 F-22 en Corée du Sud sur la base aérienne d’Osan (lire ici), près de Séoul. Un déploiement qui, s’il a été effectué en ligne droite d’Okinawa à Osan, a traversé l'espace aérien chinois. 

Si la Chine s’avère effectivement capable de détecter le F-22, fleuron de la technologie américaine, cela remettrait en question la doctrine d'emploi des avions furtif au sein de l'U.S. Air Force dans cette région. Les deux alliés des États-Unis dans la région, la Corée du Sud et le Japon sont tous deux acquéreurs du F-35. De plus, chacun des deux pays développent un programme indigène de chasseur furtif, le KF-X pour la Corée du Sud et le X-2, futur F-3 pour le Japon (voir Air&Cosmos n°2488). 

De son côté, la Chine a elle aussi ses programmes d’avions furtifs avec les J-20 et J-31 (lire ici). Ajoutons que le pays dispose de copies à l’échelle 1 d’avions américains, F-117, F-22 et SR-71, et même une copie d’un porte-avions américain.

Mots Clés :

A lire également

Commentaires

Réagir
  1. Ysgawin HADDAD
    le 25/02/16 à 11h15

    Tout miser sur cette unique capacité de furtivité est une ânerie ! Que ce soit aujourd'hui ou dans 2 ans, il est certain qu'une nouvelle variante de systèmes de détection capable de les détecter arrivera en service bien avant que les F22 ne soient remplacés. une réduction de la surface radar qui limite les capacités de verrouillage de cible


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts.